Décoration des militaires tués lors du coup d’Etat : "Une simple mise en scène ", dénoncent des proches de victimes

Guinée

CONAKRY-Quatre mois après les événements du 5 septembre 2021 ayant entrainé la chute du régime de Alpha Condé, le comité national du rassemblement pour le développement, a décidé d'honorer à titre posthume les victimes militaires et civiles tombées lors de l'assaut du palais Sékhoutoureyah. D’autres militaire ayant également pris part à l’opération ont eu des honneurs. C’est le cas de Michel Lamah, perçu comme étant le principal artisan de l’arrestation d’ALPHA CONDÉ.

Les autorités militaires et responsables du CNRD ont choisi la journée vendredi 7 janvier 2021 pour honorer les victimes des deux camps (groupement des forces spéciales et garde présidentielle). Mais comment ce geste est-il accueilli par certains proches des victimes ? Africaguinee.com interrogé quelques-uns. Z.K a perdu son frère lors de cet assaut. Il ne décolère toujours pas. Pour lui, cette démarche des autorités actuelles n'a pas de sens.

"J'ai suivi l'événement à la télé. Ils ont parlé de toutes les victimes tombées mais nous on ne nous a jamais dit officiellement qu’ils sont tombés. Et puis, les parents n'ont jamais été associés à cet évènement. On ne sait pas si c'est de façon sélective ou si c'est tous ceux qui sont tombés, pour l'instant nous n’avons aucune information.

Ça été organisé à la volée comme ça, c'est pourquoi c'est difficile pour nous de se prononcer. Pour nous, tant que la famille n'est pas appelée pour nous faire part de cet honneur à titre posthume on ne peut rien dire.

Lire aussi-Coup d’Etat : témoignage choc de Z.C proche d’un garde d’Alpha Condé tombé dans l’assaut…

Ça été diffusé au journal télévisé, les familles n'ont pas été associées. Donc, certains qui ne regardent pas la télé ne sont même au courant. En plus, les victimes n'ont pas été nommément citées. Si aujourd'hui, on devrait se réjouir mais sur la base de quoi ? Il n'y a rien. Donc, il n'y a rien à se réjouir. On les observe seulement", explique cet autre parent victime.

Mme KK a perdu son époux lors de cette attaque. C'est à travers un appel d'une de ses amis qu'elle a été informée de ce geste du CNRD à l'endroit des victimes. Elle parle d’une opération de séduction qui ne représente rien auprès des familles de ceux qui sont tombés. 

" J'aurais voulu voir le corps de mon mari. Si je le voyais cela allait me soulager un peu. Mais du moment où on m'a privé de voir son corps, je ne veux rien d'eux. Si au moins cette cérémonie avait été organisée pour les défunts on devrait nous informer pour qu'on assiste. Pourquoi ils n'ont pas fait ça ? Donc pour moi cette cérémonie c'est juste pour la forme et tromper l'apparence des gens. On n'a pas assisté à la cérémonie mortuaire, celle funèbre, on n'a pas vu les corps. Alors qu'est-ce qu'ils veulent ?

Toute cette mise en scène ne représente rien à mes yeux. Si on m'avait donné l'occasion de voir le corps de mon mari, c'était mille fois mieux. C'était un militaire, je savais que d'une manière ou d'une autre il allait mourir, peut-être sur le champ de bataille, mais j'aurais bien voulu qu'on me restitue son corps", s’est lamentée cette autre veuve très encore en colère contre le CNRD. 

Le 5 septembre dernier, plusieurs militaires mais également de civils ont trouvé la mort suite à l'attaque contre le palais où logeait Alpha Condé. Si du côté des forces spéciales une liste non officielle de six soldats sont présentés comme les martyrs de cette attaque, au niveau de la garde présidentielle, l'on ignore le nombre de victimes. Plusieurs familles dénoncent l'attitude des autorités actuelles qui les ont privés de voir le corps leurs proches, tombés ce jour.

A suivre...

Africaguinee.com 

Créé le Dimanche 09 janvier 2022 à 9:48