Voyage médical d’Alpha Condé : Ce qui "retarde" le départ de l’ancien chef d’Etat…

Guinée
L'ancien président guinéen Alpha Condé
L'ancien président guinéen Alpha Condé

CONAKRY-Il y a tout juste une semaine, la junte au pouvoir en Guinée dirigée par Mamadi Doumbouya, autorisait Alpha Condé, le président déchu à se rendre à l’étranger pour un contrôle médical n’excédant pas un mois, sauf avis des médecins.

Sauf que depuis cette autorisation, l’ancien chef d’Etat est toujours à Conakry. Qu’est-ce qui pourrait expliquer le retard de son départ ?

Alpha Condé qui aura bientôt ses 84 ans, a eu son « salut » suite à une forte pression de la communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest qui a rassuré la junte quant à son retour au pays après son séjour médical.

Bien que la date de son départ et le pays de sa destination ne soient pas encore dévoilés, Mamadi Doumbouya, a réitéré cette semaine lors d’une rencontre avec des diplomates à Conakry que l’ancien chef d’Etat « ira dans un pays de son choix dans les prochains jours », sans plus de détails. L’on sait toutefois que trois pays sont annoncés comme de potentielles destinations pour Alpha Condé. Il s’agit de la Turquie, du Qatar et des Émirats Arabes Unis.

Mais avant son départ, il y a toute une logistique à mettre en place en amont, nous explique-t-on. Qui va l’accompagner ? Où est-ce qu’il va aller ? Où et comment va-t-on le loger ? « Il va falloir régler toutes ces questions, lui trouver un visa (si nécessaire). Ce n’est pas facile de faire voyager un président fut-il ancien surtout lorsqu’on ne sait pas réellement son état », souffle un diplomate.

Lire aussi-Voyage "médical" d’Alpha Condé : ce que Mamadi Doumbouya a dit aux diplomates…

Assigné à résidence surveillée, l’ancien dirigeant guinéen n’a fait aucune apparition publique depuis sa chute. L’autorisation qui lui a été accordée par le CNRD a été saluée par ses partisans mais aussi par les dirigeants de son parti, le RPG arc-en-ciel. Si certains de ses soutiens s’impatientent sur fond d’interrogations sur les raisons du retard de son départ, on nous précise que plusieurs détails doivent être réglés.

« Il faut que le pays d’accueil se prépare et que lui aussi le fasse. Si c’est la Turquie on sait qu’il fait frai, si c’est le Qatar ou les Emirats, on sait qu’il fait chaud. Il va falloir se préparer en conséquence. Donc, même la température du pays de destination entre en ligne de compte. Aucun détail ne sera négligé. Il va falloir sans doute aussi lui trouver un aide de camp. Avoir son médecin et son cuisinier avec lui ne suffisent pas au vu de son âge. Ce n’est pas une affaire aussi simple que les gens le font croire. Il tout au moins dix jours pour préparer ça », précise notre source.

Lire aussi-Voyage d’Alpha Condé : "C’est une crainte majeure puisqu’il n’a pas démissionné", avertit Mamadou Sylla

En exemple, le cas de Yaya Jammeh, chassé du pouvoir en Gambie en 2017 est très illustratif. Les discussions pour son départ définitif à Banjul, ont commencé en Suisse entre les dirigeants africains. Avec comme principaux protagonistes feu le maréchal Déby Itno, Alpha Condé, Ellen Johnson Sirleaf, à l’époque présidente de la CEDEAO, l’ancien président Abdel Aziz de la Mauritanie, Macky Sall voisin direct de Gambie, le président de la Guinée équatoriale, le président nigérian.

« Pratiquement pendant une semaine, ces discussions se poursuivaient avant même que le Président Alpha Condé n’aille en Gambie pour essayer de convaincre Yaya Jammeh. Donc, faire voyager un ancien chef d’Etat, ce n’est pas du tic au tac », nous a expliqué une source généralement bien informée

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Samedi 08 janvier 2022 à 8:28