Affaire "faux" médicaments : Deux hauts cadres du ministère de la santé sur la sellette

Conakry
Image d’illustration
Image d’illustration

CONAKRY-Deux hauts cadres du ministère de la Santé sont sur la sellette. Soupçonnés d’être impliqués dans une sulfureuse affaire d’importation et de commercialisation de « faux médicaments » en Guinée, le Directeur National de la pharmacie et du médicament et l'Inspecteur général de la santé sont visés par une plainte. Trois avocats ont déjà été commis pour les ester en justice. Ces deux hauts responsables du ministère de la Santé ne sont pas les seuls à être dans le collimateur du syndicat des pharmaciens. 25 personnes dont des grossistes sont aussi visées par cette procédure. Le ministre de la Santé ainsi que le président de la transition ont déjà été saisis, a appris AFRICAGUINEE.COM.

C’est une initiative du syndicat des pharmaciens professionnels de Guinée. Son président Dr Manizé Kolié a confié à Africaguinee.com que ces hauts cadres du ministère de la Santé ainsi que d’autres responsables de plusieurs sociétés grossistes sont accusés d'avoir fait la promotion de l'exercice illégal d'importation et de commercialisation de « faux médicaments » en Guinée.

« Il y a des hauts cadres du ministère de la Santé que nous venons de découvrir et qui étaient impliqués dans cette autorisation d’entrée de faux médicaments en Guinée (…). Le syndicat et l'ordre des pharmaciens vont porter plainte. Nous avons adressé un premier courrier au président de la République. Nous avons rencontré le nouveau ministre de la santé et nous lui avons donné une copie. En tant que partie civile, nous avons pris trois (3) avocats pour les traduire en justice », explique Dr Manizé Kolié.

Au total, ils sont au nombre de 25 personnes, précise-t-il, dont des hauts cadres du ministère de la Santé, plus des dirigeants de certaines sociétés grossistes.

« Ces sociétés que nous avons abrogées dans le cadre de l’assainissement du secteur du médicament en Guinée, continuent toujours d'importer des faux médicaments à travers des autorisations faites par des hauts cadres du ministère de la Santé que sont le Directeur National de la pharmacie et du médicament et l'Inspecteur général de la santé. Ces deux cadres ont été cités nommément par le Directeur sortant de la Douane. Le problème : on peut nous apprendre qu'il y a 300 conteneurs qui sont rentrés.  Un mois après, on trouve que ces conteneurs ont disparu au Port et qui se retrouvent sur les marchés.

Le Directeur sortant de la Douane, Général Toumany Sangaré nous a donné tout ce qui se passait autour des conteneurs. Devant les membres du CNRD au Petit palais, le Général Toumany Sangaré a dit que les conteneurs sortaient grâce au Directeur National de la pharmacie et du médicament et à l'Inspecteur général de la santé. Ce sont eux qui venaient leur dire de laisser les conteneurs passer au profit des commerçants. Cela se faisait contre de l'argent », dénonce le syndicaliste.

En mars dernier, 40 sociétés grossistes avaient été abrogées dans le cadre de l'assainissement du secteur du médicament, révèle Manizé. Mais ces sociétés ont repris de plus belle leurs activités, indique le syndicaliste.

« Nous constatons que ces sociétés grossistes qui ont été abrogées continuent toujours d'importer des médicaments grâce à des visas d'importation délivrés par le Directeur National de la pharmacie et du médicament et l'Inspecteur général du ministère de la Santé. En plus, ils ont choisi un certain nombre des sociétés grossistes pour créer ce qu'ils appellent (Association des pharmaciens grossistes). Ils servaient également des sociétés écrans pour des importateurs non officiels à savoir les commerçants. Quand les commerçants envoient les conteneurs, ce sont ces gens-là qui étaient chargés de les faire sortir au Port", a expliqué Dr Manizé Kolié. 

Contacté par Africaguinee.com, l’Inspecteur Général de la Santé a affiché une « sérénité », promettant de s’exprimer sur cette affaire dès demain jeudi 25 novembre. Quant au Directeur national de la pharmacie et du médicament, il n’a pas encore répondu à nos appels.

Affaire à suivre…

 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel : (00224) 666 134 023

Créé le Mercredi 24 novembre 2021 à 12:20