Teliano parle : "La solution pour la libération d’Alpha Condé…"

Guinée
Jean Marc Teliano, leader du RDIG
Jean Marc Teliano, leader du RDIG

CONAKRY- L’alliance entre le RPG arc-en-ciel et le parti Rassemblement pour le Développement intégré de Guinée (RDIG) est rompue. Jean Marc Téliano a décidé de se tourner vers de nouveaux objectifs dans le cadre de la bataille électorale future.

Pourquoi a-t-il rompu l’alliance alors que l'ex parti au pouvoir est en pleine tourmente ? Est-il favorable à la libération du président déchu Alpha Condé ? L’ancien ministre de l’agriculture a répondu aux questions d’Africaguinee.com.

 

AFRICAGUINEE.COM : Vous venez de claquer la porte avec le RPG arc-en-ciel. Pourquoi ?

JEAN MARC TELIANO : Ce n'est pas que j’ai claqué la porte. Le RPG arc-en-ciel et RDIG avaient une alliance. Cette alliance est désormais derrière nous. Mais nous ne pouvons pas les abandonner parce que quand tu vois la case de voisin brûler, il faut l'aider à l'éteindre, il ne fait pas se réjouir. C’est par solidarité et humanisme que le RDIG les a accompagnés (lors de leur dernière conférence de presse) mais cela n'a rien avoir avec la politique. Pour le moment nous sommes des anciens alliés.  Peut-être dans le futur on verra.  

Ça veut dire que vous n’êtes plus dans la logique de revendiquer la libération du président déchu ?

La libération du président déchu est le chemin de bataille du RPG. Le RDIG ne s'inscrit pas dans cette politique (…). A mon entendement en œuvrant pacifiquement, ils trouveront la solution pour la libération d'Alpha Condé.  Mais avec la violence, ils ne peuvent rien obtenir. Même en temps de guerre, on trouve la solution autour de la table.

Il y a pourtant certains qui réclament l'ouverture d'une procédure judiciaire contre le président déchu Alpha Condé. Quelle est votre position sur ce sujet ?

Le président du CNRD a été très clair là-dessus. Dès l'entame de son discours il a dit que la justice sera la boussole. Donc moi je souhaiterai que la question soit posée au président du CNRD, je n'ai pas de réponse à cette question. C'est aux nouvelles autorités de décider de le libérer ou de le faire juger.

Avez-vous déposé la liste de votre candidat pour le CNT ?

C'est déjà fait, il y a de cela une dizaine de jours.

On apprend pourtant qu'il y a de nouvelles tractations en cours au sein de l'ancienne mouvance ?

Je n'ai pas cette information. J’ai même appelé le secrétaire permanent du RPG, Papa Koly et Bah Ousmane pour demander si la donne avait changé mais ils m'avaient tous répondu que c'est la décision qui avait été prise ensemble lors de la dernière réunion qui est maintenue. Le lundi (22 novembre 2021) on aura une réunion mais ce sera trop tard parce que moi j'ai déjà déposé ma liste.

Que pensez-vous de cette démarche entamée par Dr Ousmane Doré visant à rassembler toute la classe politique ?

C'est une belle initiative s'il réussissait à le faire. Mais de mon côté je n'ai pas de commentaires par rapport à ça. Je n'ai pas d'espoir avec cette classe politique que je connais. Je proposerai aux nouvelles autorités de déterminer les critères de choix.  Parce que dans le passé par exemple, quand il s'agissait de désigner les gens à la CENI, on avait dit les partis qui avaient participé aux élections et qui avaient un ou deux députés. Pourquoi on n’appliquerait pas ces critères ? Tous les partis sont égaux mais on connaît qui est qui, on sait qui est implanté et qui ne l’est pas.

Donc, moi je souhaiterai que ce genre de critères soient déterminés pour que le tohu-bohu cesse ! Parce que tant que les critères ne sont pas déterminés, certains viendront se taper la poitrine alors qu'en Guinée nous savons qui est qui. Quant au RDIG, nous savons que nous avons participé à toutes consultations nationales majeures en Guinée et il est difficile de nous mettre de côté.

A suivre...

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 22 novembre 2021 à 8:02