Guinée : L’ex ministre de l’Economie Charles Zogbélémou jeté en prison…

Nzérékoré
Charles Zogbélémou, ancien ministre du Contrôle Economique et Financier
Charles Zogbélémou, ancien ministre du Contrôle Economique et Financier

N'ZÉRÉKORE- Charles Zogbélémou, ancien ministre du Contrôle Economique et Financier de la République de Guinée a été arrêté et conduit en prison ce vendredi 19 novembre 2021. L’information nous a été confirmée par le parquet du tribunal de première instance de Nzérékoré.  Selon nos informations, il est reproché à cet ancien dignitaire du régime Conté, des coups et blessures volontaires sur un de ses employés.

L’ex ministre a été longuement auditionné vendredi 19 novembre 2021. Au terme de cet interrogatoire, il a été placé sous mandat de dépôt à la maison centrale de N’Zérékoré avec deux de ses complices en attendant le procès.

« Il lui est reproché de coups et blessures volontaires et complicité. Parce que c’est dans son véhicule que les coups ont commencé. Son jeune employé a été battu, blessé et jeté en brousse en pleine nuit. Ensuite, M. Zogbélémou et ses deux complices ont continué leur chemin. C’est sur cette base qu’ils ont été interpellés. On a fait les formalités, ils ont été entendus sur procès-verbal de première comparution et des mandats ont été décernés contre eux. Ils sont à la maison centrale en attendant le procès. C’est une affaire de flagrant délit. Lundi on va statuer et faire le compte rendu au procureur pour programmer le procès », nous a confié Ousmane SANOH, substitut du procureur près le tribunal de première instance de Nzérékoré.

La victime Mathos Kolié, est un des employés de l’ex ministre. Depuis un bon moment, il travaille dans l’une des usines d’extractions d’huile de ce dernier. Lors d’un déplacement qui a mal tourné, le jeune Kolié a été roué de coups avant d’être abandonné en brousse tard la nuit par l’ex ministre et ses compagnons explique-t-il. Il est grièvement blessé.

« Je lui avais demandé de m’accompagner pour résoudre un problème que j’avais avec mon épouse. Il a accepté. Ce jour, nous sommes d’abord passé par Gbohorola pour prendre du vin blanc. Après nous nous sommes retournés à Nzérékoré pour prendre le chemin de Demou. Sur la route le vieux (l’ancien ministre) a commencé à m’insulter. C’est ainsi j’ai demandé au chauffeur de me faire descendre du véhicule au niveau de Bellevue Satin en banlieue de la ville, parce que je ne comprenais pas son attitude. Le chauffeur m’a dit qu’on ne partait pas pour durer. Nous sommes allés jusqu’à Demou 2. Au retour, il continuait à m’insulter, à parler de ma vie intime avec ma femme. C’est ainsi que les deux autres qui étaient avec lui se sont jetés sur moi. Entre Bangouéta Karana, M Zogbélémou a demandé au chauffeur de garer le véhicule. Il était déjà 21h. Il avait le couteau contre moi. Nous sommes restés à nous battre, j’ai tapé le couteau contre la vitre qui s’est cassée et nous sommes tombés par derrière (…) J’ai reçu plusieurs coups de couteau. J’ai des blessures.

Comme je saignais beaucoup, j’ai fait le mort. C’est en ce moment que le vieux a dit : ce qu’il voulait, nous lui avons donné. Ils m’ont fouillé, j’avais 250.000 Gnf plus mon téléphone qu’ils ont pris et m’ont abandonné en brousse là-bas pour continuer à Nzérékoré. C’est comme ça je me suis débrouillé jusqu’à Zao où un ami m’a pris pour me déposer à Nzérékoré. Je suis resté comme ça. Je suis allé à la gendarmerie vers 00h. Ils m’ont photographié. Après j’ai été à l’hôpital pour des soins. Après les soins, nous sommes allés voir le vieux Charles qui a tout nié. Il m’a menacé en disant que si je ne rembourse pas ses vitres que j’ai cassé, il va me mettre en prison. C’est comme ça, le mardi il m’a fait arrêter pour m’emprisonner. J’ai passé la nuit du mardi en prison avec mon état-là. C’est le mercredi que mes parents sont venus avec mon maitre, pour prendre les choses en main puisque je suis orphelin de père et de mère », a relaté Mathos Kolié.

Dossier à suivre…

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Samedi 20 novembre 2021 à 14:00