Gambie : le vote par « billes », l’autre spécificité de la présidentielle…

Afrique
PA MAKHAN KHANN, chargé de la CENI
PA MAKHAN KHANN, chargé de la CENI

BANJUL- Près d’un million d’électeurs gambiens iront aux urnes le 04 décembre prochain pour élire leur futur président de la République pour un mandat de 5 ans. Six candidats sont en lice dont le sortant Adama Barrow.

Comment se déroule la campagne électorale ? Quelle est la spécificité de ce scrutin ? Comment s’organise la commission électorale indépendante ? Comment se fait le vote par billes, un système unique au monde ? Notre envoyé spécial a interrogé le chargé de communication de l’institution électorale dont le siège se trouve à Bakau dans le centre administratif de Serekunda.

 

AFRICAGUINEE.COM : Les gambiens se rendront aux urnes le 04 décembre prochain. Mais l’une des spécificités du scrutin c’est le vote par billes. Expliquez-nous ce processus ?

PA MAKHAN KHANN : Les gambiens utilisent les billes comme preuve et support de vote. C’est le seul pays au monde qui utilise ce système. Je sais que dans plusieurs pays, comme en Guinée on utilise du papier c’est-à-dire des bulletins, mais en Gambie c’est encore les billes. La bille est un petit objet qui a la forme circulaire qu’on utilise en guise de bulletin. C’est l’unique système qui est populaire en Gambie et beaucoup de personnes font confiance en ce système. Depuis l’indépendance du pays en 1965, les gambiens n’ont connu que ce système de vote. C’est vrai avec peu de candidats, nous pouvons facilement gérer mais à l’avenir avec un nombre de candidats beaucoup plus élevé, nous serons obligés de nous mettre dans le système universel.

La particularité pour ne pas mélanger chaque candidat a un bidon à l’effigie de son parti en guise d’urne.  On ne mélange pas les suffrages. L’urne de chaque candidat ne contient que ses suffrages.  Donc au dépouillement ce n’est pas compliqué.

Ce système ne favorise-t-il pas la fraude étant donné que les billes n’ont aucune étiquette ?

C’est simple ! La fraude est impossible. Dès l’ouverture des bureaux, nous avons le nombre de billes conformes au nombre d’inscrits, les représentants des partis en lice sont représentés pour suivre de près le déroulement. On vous suit de la prise de la bille jusqu’au glissement. Un citoyen un vote, le vote ne sera validé que lorsqu’on entendra le bruit au fond du bidon. C’est transparent

Quelle place occupe réellement la CENI dans le processus électoral gambien ?

En GAMBIE, les élections sont organisées par la commission électorale indépendante. C’est une structure qui est mandatée par l’article 46 de la constitution, elle a aussi pour mission d’enregistrer les partis politiques et conduire le référendum. Donc, je peux dire que les élections du 4 décembre 2021 seront conduites par la commission électorale indépendante. C’est la commission qui répond à son mandat selon la constitution gambienne. C’est elle qui organise les élections présidentielle, législatives, référendaire et locale.

Combien de candidats avez-vous validé pour le scrutin du 04 décembre ?

La présidentielle du 4 décembre prochain met aux prises 6 candidats au total dont un indépendant.

Qui sont-ils ?

Ces candidats sont : le PDOIS (Halifa Baboukar Salah), l’UDP ( Ousseinou Darboe), le GDC(de Maama Kandeh), NPP( Adama Barrow) candidat à sa propre succession, nous avons également le candidat indépendant ESSA MBAYE FALL. Les 5 autres sont issus des partis politiques, il est l’unique candidat indépendant.

Qui peut être électeur et éligible en Gambie ?

Normalement selon la constitution et la loi électorale, toute personne qui a atteint l’âge de 18 ans peut voter. A 18 ans vous pouvez voter comme on peut voter pour vous. Donc c’est le droit au vote et être candidat.

Quel est l’état des lieux du fichier électoral gambien à date ?

La population électorale est de 962.157 électeurs inscrits. C’est le nombre qui figure sur la liste électorale, ce qui est ressorti du recensement du mois juillet dernier.

La campagne a commencé depuis le 9 novembre. Quel est le climat qui règne pendant cette période électorale ?

La campagne a effectivement démarré le 9 novembre 2021 et se poursuivra jusqu’au 2 décembre 2021. La campagne se déroule très bien. Présentement, beaucoup de candidats sont en région, globalement tout se passe bien sans incidents. Chez nous, les candidats choisissent eux-mêmes l’endroit où ils veulent tenir leur meeting. Il revient à la commission électorale de coordonner leurs activités de campagne pour que tout se passe bien et que les messages parviennent aux militants afin de les convaincre pour qu’ils accordent leurs suffrages.

Est-ce qu’il arrive des moments où des candidats se retrouvent dans un même endroit pour battre campagne ?

Par exemple ici, c’est l’avenue Kairaba. Pour ce qui est de la campagne, c’est un  seul parti qui sera là, les autres iront ailleurs mais jamais deux candidats au même endroit. Ceci est valable dans les villages et les villes. Mais il arrive parfois que deux candidats choisissent un même lieu au même moment. Si nous le constatons, il revient à la commission électorale de faire un arbitrage pour trouver une issue. Ainsi l’un peut tenir son meeting et l’autre attend. Ce qui explique l’apaisement de la campagne électorale.

On sent peu d’engouement dans la capitale alors que nous en pleine période campagne. Qu’est-ce qui pourrait expliquer cela ?

Les citoyens sont bien intéressés par ces élections, c’est la première élection présidentielle après celle de 2016. Avant 2016, l’environnement politique était très particulier et aujourd’hui l’espace politique est très ouvert et les citoyens s’y intéressent de plus en plus. C’est une première en Gambie qu’il ait 26 aspirants pour une présidentielle parmi lesquels, 6 ont été retenus pour participer au vote. C’est pour vous dire que beaucoup sont intéressés. Si vous faites le tour de la ville, vous constaterez que les citoyens sont plus ou moins en campagne et chacun parle de son candidat. Je pense que les gens sont intéressés concrètement.

Où en êtes-vous dans les préparatifs du scrutin ?

Oui je dirais que la commission électorale indépendante est bien prête pour conduire ces élections dans un cadre transparent, crédible et apaisé. Même quand vous faites le tour de nos bureaux, vous verrez des camions qui chargent du matériel pour les régions. Vous savez la Gambie a 7 régions administratives. La dynamique est de faire en sorte que le matériel électoral arrive dans chacune des régions. Et à date, je puis vous assurer que la commission électorale est prête pour l’organisation de cette élection. Il est aussi de son rôle de s’assurer que l’élection est libre, transparente et crédible.

 

Interview réalisée par

Alpha Ousmane Bah

Envoyé spécial d’Africaguinee.com

Créé le Samedi 20 novembre 2021 à 11:32