Mines : Mamady Youla remue le "couteau dans la plaie"…

Guinée
L'ancien Premier ministre guinéen, Mamady Youla
L'ancien Premier ministre guinéen, Mamady Youla

CONAKRY- L’ancien premier ministre guinéen (2015-2018, première moitié du second mandat d’Alpha Condé), jette un œil critique sur le secteur minier guinéen. Mamady Youla qui dirige actuellement la Société des Mines de Fer de Guinée « SMFG », dénonce les tares du pays dans ce domaine et traitement « inéquitable » que subissent les acteurs miniers guinéens en justice.  

Le PDG de la SMFG filiale d’HPX détentrice de la concession pour le développement, la construction et l’exploitation future du Projet d’exploitation de minerai de fer du Nimba, -un minerai de haute qualité et de classe internationale-, regrette aussi la non-valorisation des ressources que la nature a généreusement offerte à la Guinée.

“Nous avons des projets de classe mondiale, des projets emblématiques.  Depuis l'indépendance, malheureusement jusqu'à maintenant, le fer de la Guinée n'est pas encore sur le marché international. Donc, le premier défi auquel nous devons relever c'est celui-là. Avec des ressources d'une telle qualité et en quantité, ce fer n'est pas encore sur le marché international”, a déploré Mamady Youla.

L'ancien premier ministre guinéen indique que l’autre enjeu auquel le secteur minier devra faire face, c’est celui d’un cadre juridique légal et un environnement institutionnel applicable permettant l’investissement.

« Dans le secteur minier, il est important d'avoir un environnement juridique légal, un environnement institutionnel qui soit applicable et qui permet l'investissement (…) De ce point de vue, nous espérons que vous (les autorités du ministère des mines) allez passer en revue ce qui est écrit et voir où il y a des améliorations et nous les apporter" a-t-il lancé, s’exprimant mercredi lors d’une rencontre à Conakry qui a réuni les dirigeants des entreprises minières et le ministre des Mines. 

Pour Mamady Youla il est important que les accords miniers soient bien négociés, équilibrés. Et que l'État, les partenaires et les communautés locales aussi se retrouvent pendant que la convention est négociée, et non pas après. Mais insiste sur un élément qui est fondamental à ses yeux : l’aspect judiciaire.

"Il y a un élément sur lequel je vais insister : c'est l'aspect judiciaire. Nous sommes très heureux d'avoir entendu le discours du chef de l'État où il a annoncé que la justice sera la boussole. Pour que nous puissions nous fier à cette boussole, il faut qu'elle fonctionne bien. Là c'est un enjeu. Nous attirons votre attention : en général lorsque vous êtes minier et que vous allez à la justice, vous êtes condamnés d'avance. Ce n'est pas parce que je veux jeter une pierre à notre système judiciaire. Non seulement on est condamné, mais ce n'est pas en franc guinéen mais en dollars. C'est important qu'on se penche sur cette question-là” a insisté l'ancien premier.

A suivre…

 

Siddy Koundara Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 655 311 114 

Créé le Jeudi 18 novembre 2021 à 16:56

TAGS