Insolite : Morissanda Kouyaté fond en larmes devant un public "médusé"

Nzérékoré
Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale, de l’intégration africaine et des guinéens de l’étranger
Dr Morissanda Kouyaté, ministre des Affaires étrangères, de la coopération internationale, de l’intégration africaine et des guinéens de l’étranger

CONAKRY-Un fait « insolite » s’est produit ce mercredi 10 novembre 2021, à Nzérékoré la plus grande ville de la Guinée forestière. Le ministre des affaires étrangères, présent dans cette agglomération, pour lancer un projet axé sur la « cohésion sociale », a fondu en larmes, devant un parterre de diplomates et une assistance médusée. Mais qu’est-ce qui a fait pleurer le chef de la diplomatie guinéenne ? Un vieux souvenir.

En effet, a l’occasion de la cérémonie de lancement, Dr. Morisanda Kouyaté a rencontré un vieil ami de service à lui. Il s’agit Dr. Mathieu Kourouma, actuel directeur général de l'école de soins de santé de Nzérékoré. L’actuel ministre des affaires étrangères a fait ses premiers pas en tant que médecin avec ce dernier à l'hôpital régional de Nzérékoré. A l’occasion de leurs retrouvailles après 40 ans de séparation, son ancien collègue de service lui a montré une vieille photo. Le chef de la diplomatie guinéenne a été emporté par l’émotion jusqu’à fondre en larmes. Après avoir montré le cliché aux nombreuses personnalités rassemblées sur place, Dr. Morissanda Kouyaté a profité pour faire une confidence sur l’histoire de cette photo.

"C'est ici que j'ai fait mes premiers pas en tant que médecin pédiatre. Et je ne pouvais jamais imaginer que je pouvais me retrouver ici en tant que ministre pour parler de cohésion sociale. C'est pourquoi j'ai eu les larmes aux yeux, quand il m'a présenté la photo. J'étais avec Mathieu et Balla. A l’époque, je m’étais rendu compte que les enfants qui venaient malades, 99% étaient des gens vraiment très pauvres. Mais il y'avait ici en ville, 1% des parents de certains malades qui étaient immensément riche.

Alors j'ai appelé mes collègues, nous nous sommes enfermés dans le bureau. Je leur ai dit suivez : si nous prescrivons les médicaments aux pauvres ils ne pourront pas payer. Nous allons mettre un code que nous allons appeler TC.

TC veut dire : s'il y a deux malades de tétanos, l'un pauvre et l'autre riche, nous prescrivons deux fois la dose pour le riche, et nous traitons le pauvre avec ça. Nous avons tenu ça pendant 5 ans, personne ne l'a su. Aujourd'hui, cela fait 40 ans. Je peux le dire", a révélé Morisanda Kouyaté.

Nous y reviendrons !

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d'Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

 

 
Créé le Mercredi 10 novembre 2021 à 17:40