Contrôle des dépenses : Une centaine d’entreprises publiques dans le collimateur du CNRD

Guinée
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne et le ministre secrétaire général à la présidence Amara Camara
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne et le ministre secrétaire général à la présidence Amara Camara

CONAKRY-Une centaine d’entreprises publiques et parapubliques sont dans le viseur du Comité national du rassemblement pour le développement (CNRD). Les nouvelles autorités militaires veulent voir clair dans l’utilisation des fonds par ces entreprises après le dégel des comptes. Car il a été constaté que certaines entreprises  publiques se sont livrées à des dépenses exorbitantes de manière injustifiée.  Pour y voir clair, les nouvelles autorités ont annoncé la mise en place d'une procédure pour vérifier la traçabilité des opérations. 

Combien d'entreprises sont-elles visées ? 

« Pour le moment, il s’agit des justifications qui ne concernent que les entreprises publiques et parapubliques. Je ne retiens pas le nombre, mais elles sont nombreuses celles qui sont concernées. Il y en a qui sont à la Banque centrale et d’autres sont gérées à la banque du trésor. Ça doit être une centaine voire plus”, confie à Africaguinee.com une source proche de la Banque centrale.

Notre source assure que la décision de vérification a été prise après que des dépenses importantes aient été constatées au niveau de certaines entreprises publiques après le dégel des comptes.

Tous les comptes sont sous surveillance

“Les EPA dont les comptes ont été dégelés totalement, il y a eu des dépenses importantes en peu de temps. Je ne crois pas que ce soit un audit en tant que tel, mais ils doivent apporter des justificatifs de ces dépenses. Ce n’est pas dit qu’il s’agit d’une dilapidation, mais on doit justifier à quoi ça correspond, de factures ou contrats”, précise pour sa part un haut dirigeant de la BCRG.

En attendant la formation du gouvernement, tous les comptes sont sous surveillance, précise notre source. “Tous les comptes sont sous surveillance, mais pas pour toujours, c’est en attendant que le gouvernement soit formé. Chaque ministre s’occupera de son domaine après. Comme il n’y a pas de gouvernement, c’est les secrétaires généraux qui expédient les affaires courantes”, a précisé notre informateur.  

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

 
Créé le Jeudi 21 octobre 2021 à 20:10