Guinée : vers un "bras de fer" entre la junte et les acteurs politiques ?

Conakry
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne
Colonel Mamadi Doumbouya, président de la transition guinéenne

CONAKRY-Faut-il coupler ou pas les prochaines élections (locales, législatives et présidentielle) ? Se dirige-t-on vers un bras de fer entre la junte et les acteurs politiques ?

Alors que le colonel Mamadi Doumbouya promet d’organiser des élections de la base au sommet, en commençant par les élections locales, ensuite les législatives puis la présidentielle, au sein de classe politique maints acteurs émettent un avis contraire et se disent favorables à un couplage. Après l’Alliance nationale pour l’alternance démocratique (ANAD) de Cellou Dalein Diallo, Dr Faya Milimouno qui dirige la Coalition pour la Rupture (CPR) se dit favorable au couplage des élections.  Cet homme politique souligne que le couplage a un double objectif : économiser de l'argent et permettre de sortir définitivement des débats politico-politiciens.

"Au niveau de la CPR et au BL particulièrement, nous nous sommes toujours exprimés sur le fait qu’on n'a pas les moyens…, la démocratie est importante pour nous, mais il n'y a pas une démocratie qu'on peut préparer le matin pour servir ses enfants le soir. Ce dont on a besoin c'est d'avoir des élections une fois tous les 5 ans. Nous avons toujours souhaité le couplage des élections et nous sommes convaincus que les Guinéens ne sont pas moins intelligents que les libériens et les léonais qui vont aux urnes et on leur dit voici une boîte pour le choix du président, une autre pour les députés et une autre pour le choix des Maires. Lorsque c'est terminé, pendant au moins 4 ans, on ne parle pas de politique. C'est cela notre choix », a indiqué Dr Faya Milimouno.

Lire aussi-Dr Faya : "Sortons des petits calculs…on ne serait pas fâché si la transition dure 5 ans"

« Les élections se dérouleront de la base au sommet : Quartiers, communes, législatives et présidentielles conformément à un chronogramme établi. Ainsi, le Président de la République élu, trouvera toutes les institutions démocratiques installées. Il pourra s’atteler à répondre aux défis du développement et de l’émergence de la Guinée’’, tranchait le colonel Mamadi Doumbouya le 1er octobre dernier. Alors que les guinéens sont dans l'attente du prochain Gouvernement, Dr Milimouno invite la junte à préparer minutieusement les élections et sensibiliser les populations pour le couplage.

« Nous disons au CNRD de prendre le temps de préparer minutieusement, sensibilisons les populations guinéennes, parlons leur en français, en poular, soussou, en maninka, en kissi, en toma... pour qu'ils comprennent de quoi il s'agit. Lorsque nous saurons que la préparation est suffisante, programmons toutes ces élections ensemble, faisons en sorte que la RTG arrête de raconter d'autres histoires que d'apprendre aux Guinéens comment voter. Quand on vient, on sera amené à voter pour le chef de quartier, le maire, le député et le Président. Si nous faisons cela, nous allons économiser de l'argent et c'est ce qui va nous permettre de sortir des débats politico-politiciens définitivement. Tant que nous restons à parler d'élections le matin, d'élections à midi et d'élections le soir, notre vie sera réduite à l'élection », a-t-il averti.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Dimanche 17 octobre 2021 à 12:17