Troisième mandat et coup d’Etat en Guinée : Emmanuel Marcon parle…

France
Emmanuel Macron s'exprime lors du sommet France-Afrique
Emmanuel Macron s'exprime lors du sommet France-Afrique

MONTPELLIER-Au centre des critiques en Afrique notamment en Guinée pour ses prises de positions à géométrie variable sur les troisièmes mandats et les coups d’Etat sur le continent noir, Emmanuel Macron a fait une mise au point.

Interpellé sur cette question par des jeunes leaders africains lors du sommet France-Afrique tenu vendredi 8 octobre 2021, à Montpellier, le dirigeant a eu une réponse directe.

« Je ne crois jamais avoir été ambigu lorsqu’il y a eu des tripatouillages constitutionnels si vous faites référence à la Guinée », a-t-il précisé à l’entame.

En Guinée, Alpha Condé qui a été renversé le 05 septembre dernier, avait modifié en 2020 la constitution pour se maintenir au Pouvoir. La répression brutale de la contestation contre le troisième mandat avait entraîné une centaine de morts.

« Le troisième mandat en Guinée, je l’ai condamné avant, au moment de l’élection et après. Je l’ai condamné publiquement dans toutes mes déclarations », souligne Emmanuel Macron.

Souvent critiqué de n’avoir pas suffisamment mis la pression sur le régime Condé pour les violations graves des droits humains, des principes de la démocratie et de l’Etat de Droit, le dirigeant français affirme que ses marges de manœuvres étaient limitées.

En voulant aller plus loin qu’il ne l’avait déjà fait, relève-t-il, on l’aurait taxé d’ingérence. Toutefois il précise que la France avait réduit la coopération avec les autorités guinéennes à l’époque.

« Après qu’est-ce que je pouvais faire ? Je ne vais pas faire d’intervention d’ingérence. On a ensuite beaucoup réduit la coopération de Gouvernement à Gouvernement pour la remettre vers des ONGs, des associations et autre », a expliqué M. Macron.

Depuis le 05 septembre, la Guinée est plongée dans une transition dont la durée n’a pas été encore clairement définie, suite au putsch qui a renversé Alpha Condé. Parlant de ce coup d’Etat, Emmanuel Macron n’a pas été trop bavard. « Sur le coup d’Etat, on a soutenu la position de la CEDEAO et de la région », a-t-il dit.

Diallo Boubacar 1
Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 09 octobre 2021 à 12:44