Kankan : un citoyen détenu près de 2 ans pour avoir volé… trois poulets

Haute Guinée
Image d’illustration
Image d’illustration

KANKAN- C’est un fait divers qui se passe de commentaires et qui relance le débat sur la problématique des détentions provisoires dans les prisons guinéennes. Tenez-vous bien, des citoyens anonymes croupissent en prison pour des délits considérés comme mineurs.

Une étude réalisée dans les 8 régions administratives de la Guinée par une ONG de défense des Droits humains, sur la situation carcérale a permis de détecter des situations atypiques. A Kankan par exemple, les enquêteurs ont rencontré le cas d’un citoyen qui est en détention provisoire depuis 18 mois. Sa faute ? Le vol de trois poulets.  Ce n’est pas tout. Pour le vol d’une brouette, un manœuvre est également resté en détention provisoire pendant onze mois sans voir un juge d’instruction. Un scandale pour les enquêteurs.

« Ce qui nous a beaucoup scandalisé, à Kankan par exemple, on s’est rendu compte, il y avait un manœuvre qui était en prison pendant onze (11) mois il n’avait pas vu le juge d’instruction et tout simplement parce qu’il avait volé une brouette dans un chantier. Il y avait un autre aussi qui avait volé trois poulets, il avait fait 18 mois en détention provisoire », a préconisé M. Amirou Diawara.

Le rapport sur la situation carcérale dans les prisons guinéennes démontre ‘’un recours excessif à la détention provisoire’’. Les Soixante-quinze pour cent (75%) des détenus qui étaient condamnés à des peines de 0 à 1 an, c’est-à-dire moins d’un an, étaient en détention provisoire. Des personnes qui dans les conditions normales, ne devraient pas se retrouver en prison parce qu’ayant commis des infractions mineures.

Face à ces situations, des ONG comme Mêmes Droits pour Tous qui a mené cette étude, sensibilisent les pouvoirs publics à dépénaliser les infractions mineures en adoptant des peines alternatives, comme le prévoit le code pénal de 2016. Les magistrats peuvent par exemple substituer certaines peines d’emprisonnement à d’autres types de sanctions comme la réparation, l’amende et les travaux d’intérêt général, préconisent les enquêteurs.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 31 11 14

Créé le Samedi 09 octobre 2021 à 20:22

TAGS