Guinée: Des tractations en cours pour la désignation des membres du CNT

Guinée
Colonel Mamady Doumbouya, président de la transition Guinéenne
Colonel Mamady Doumbouya, président de la transition Guinéenne

CONAKRY-Alors que le Premier ministre de Transition a été nommé, les tractations se poursuivent pour la désignation des membres devant siéger au sein du Conseil National de la Transition (CNT). Mais la tâche n'est pas du tout aisée surtout pour les partis politiques. 

La composition de cet organe législatif donne droit à (15) quinze places à l’opposition. Mais la désignation de ces représentants traine.

Interpellé sur cette question par un journaliste d’Africaguinee.com, le président du Bloc Libéral a fait savoir que des tractations sont en cours pour définir la clef de la répartition. 

« Les concertations sont en cours pour mettre en place ce qu’on peut appeler l’intercoalition qui va se réunir pour définir éventuellement la clef de répartition. Notre souci c’est pour que la classe politique n’offre pas un spectacle ridicule, qu’on montre toute notre responsabilité et la maturité de la classe politique. Et qu’on montre que quand on parle de 15 places pour la classe politique ce n’est pas du gâteau qu’on s’est réparti mais de l’opportunité d’envoyer des hommes et des femmes qui ont les compétences, l’intégrité, qui doivent contribuer à l’accomplissement d’une mission très importante, celle de faire réussir cette période transitoire. Donc les concertations sont en cours pour cela », a précisé Dr Lansana Faya Milimono.

Au niveau de l’Alliance nationale pour l’Alternance Démocratique, coalition dirigée par Cellou Dalein Diallo, ‘’la situation a été analysée’’ explique le porte-parole. « Je crois que vous-même vous êtes tous au courant que les 15 sur 81 ne représentent même pas le un tiers (1/3). Or, un parlement c’est pour voter. Donc, le travail technique peut être fait par des experts mais le rôle principal c’est pour voter des lois. Et donc si la représentation n’est pas là, je ne pense pas que ça va répondre à l’aspiration. Ceci dit, je crois que l’ANAD avait proposé plutôt de chercher une audience auprès de la junte s’il n’y a pas un cadre de discussion formelle pour que les petits manquements soient discutés pour évidemment éviter des discussions à n'en pas finir », a précisé Kéamou Bogola Haba. 

L’approche de l’Anad, en bon partenaire, c’est de discuter avec le CNRD pour qu'un cadre de dialogue formel soit établi afin de discuter des points des désaccords. 

"C’est ce qui est l’approche consensuelle que nous recherchons et surtout la question de la durée de la transition qui a été déjà reportée et mise à l’approbation des forces vives. Nous pensons donc que c’est à la recherche de ce cadre de concertation formelle, de discussion entre le CNRD et les acteurs qu’il faut établir avec bien entendu les vrais représentants de chaque organisation pour que les décisions qui soient consensuelles » a déclaré de son côté, Kéamou Bogola Haba. 

En revanche, un cadre du parti de l’Union de Forces Républicaines, interrogé sur le même sujet a estimé qu'il est important que la junte rencontre les partis majeurs. 

COn a tous salué la décision de la junte, mais il y a des critères de choix qui doivent être mieux élaborés. Il faut reconnaître que le CNT c’est une forme d’Assemblée nationale. Il est important de savoir qu’une Assemblée est généralement politique. En regardant la répartition, à mon sens, on constate que la société civile avoisine une soixantaine de personnes. A part la junte et les partis politiques respectivement avec 9 et 15 représentants, tout le reste c’est la Société civile et même les personnes ressources ont une obédience soit civile ou politique », a fait savoir Saikou Yaya BARRY, secrétaire Exécutif de l’UFR.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 114

Créé le Jeudi 07 octobre 2021 à 16:16