Genève : Des activistes des droits de l’Homme dénoncent des agissements du polisario dans la région sahélo-saharienne

Genève

GENEVE- Plusieurs activistes des droits de l’homme ont dénoncé ce mercredi 22 septembre 2021 des agissements du polisraio dans la région sahélo-saharienne.

À l’occasion de la 48ème session du Conseil des droits de l’homme (CDH), le Président du Forum africain pour la recherche et les études sur les droits de l’homme (AFORES) a dénoncé une connexion entre le polisario et des groupes djihadistes évoluant dans la région du sahel. Selon Zine El Abidine El Ouali, « l’envoi de mercenaires par le polisario et les services algériens a été une nouvelle fois illustré avec la neutralisation par l’armée française au Mali du terroriste connu sous le nom de Adnane Abou al Walid qui a été formé aux côtés de plusieurs autres jeunes aux camps de Tindouf par les mercenaires algériens avant de les envoyer au nord du Mali pour servir leurs plans macabres dans cette région déjà instable ».

Le recrutement d’enfants soldats ou encore les nombreux cas d’enlèvement d’opposants ont été dénoncés par cette ONG qui pointe un doigt accusateur sur l’Algérie quant à sa responsabilité dans ces crimes.

Le Président de « AFRES » a embrayé sur les mêmes dénonciations en parlant « d’actes criminels dont la répression envers les opposants, les représailles, la violence, les menaces, la discrimination, la pression et les arrestations des défenseurs des droits de l’Homme ».

Zine el Abidine El Ouali a également signalé l’absence de recensement et des rapports de protection en faveur des réfugiés dans les camps de Tindouf, ainsi que l’absence de tout contrôle au sujet du détournement incessant des aides humanitaires.

Pour sa part, M. Hammadi a souligné que le régime algérien est responsable de la mort des jeunes orpailleurs sahraouis qui ont été brûlés vifs par des soldats algériens, ajoutant que le rapport du Haut-commissariat des Nations unies pour les droits de l’Homme (HCNUDH), a appelé les autorités algériennes à prendre des « mesures immédiates et concrètes pour mettre fin aux graves violations des droits économiques, sociaux, civils, politiques et culturels » des habitants sahraouis des camps de Tindouf.

 

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 23 septembre 2021 à 15:34

TAGS