Durée de la transition : "Il ne faut pas se précipiter…il faut des bases solides"

Coup d'Etat en Guinée
L'opposant Ousmane Kaba
L'opposant Ousmane Kaba

CONAKRY- Alors que les consultations nationales ont débuté ce mardi 14 septembre 21, l’opposant Dr. Ousmane Kaba, prévient qu’il ne sert à rien de se hâter à sortir vite d’une transition sans de bases solides.

Ce leader politique préconise des changements institutionnels, en profondeur, en mettant en exergue une nouvelle constitution et un nouveau parlement.

Selon Docteur Kaba, la Guinée se trouve actuellement dans un régime d’exception. D’où l’importance pour les acteurs de se rassembler pour savoir comment gérer la transition ou comment en sortir.

 ‘’L’objectif est de convenir d’une élection libre et transparente et acceptée de toutes les parties. Mais il faut pour cela des changements institutionnels. Il faut une nouvelle constitution et un nouveau parlement. Il faut des lois (…), pressons-nous raisonnablement, c’est-à- dire il faut aller vite et ne pas se précipiter parce qu’il faut des bases solides pour que ça marche’’, a-t-il indiqué, au sortir des consultations nationales ouvertes ce mardi 14 Septembre 2021, avant de reconnaitre le bienfondé du coup de force opéré contre Alpha Condé par le CNRD.

 

‘’ Ce que j’ai entendu des différents acteurs, ce que les acteurs politiques étaient tous, unanimement conscients, du bon travail qui a été fait par la junte militaire. Parce qu’il y a avait eu un coup d’Etat constitutionnel que nous avions dénoncé à l’époque et dans ces situations-là, il n’y avait que le changement militaire qui pouvait mettre fin à cette dérive. Ceci étant, comment est-ce que nous voyons l’avenir ? Donc, ils ont invité la classe politique à réfléchir et à chacun de donner son point de vue’’, a confié l’ancien ministre guinéen du plan.

La prochaine étape dévolue aux partis politiques est d’entamer une consultation entre eux dans le but de convenir d’un agenda de la transition, selon cet opposant.

’Dans la prochaine étape, nous allons nous concerter entre nous partis politiques pour qu’ensemble avec les militaires, que nous puissions convenir d’un agenda de la transition. Comme je l’ai dit moi-même, il faut qu’on soit d’accord sur la mission qui est de restaurer l’État de droit ».

A suivre…

 

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 14 septembre 2021 à 17:15