Budget : Cellou enfonce le clou, le Gouvernement se défend…

Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée et son principal opposant Cellou Dalein Diallo
Alpha Condé, Président de la République de Guinée et son principal opposant Cellou Dalein Diallo

CONAKRY-Alors que le Gouvernement tente de justifier le bien-fondé de l’augmentation du budget de la présidence de la République, de l’Assemblée Nationale ainsi que d’autres ministères, Cellou Dalein Diallo a dressé ce samedi 4 septembre 2021, une "autopsie sévère" de loi de finances rectificatives (LFR2021), adoptée cette semaine.

 Lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui, le ministre du budget Ismaël Dioubaté a avancé comme arguments, justifiant l’augmentation de la ligne de crédit accordée à la présidence par le fait que selon lui : Le Président et la présidence de la République, sont deux institutions distinctes.

« Il y a une nuance entre la Présidence de la République et le Président de la République. En tant qu'institution, le président a un fond de souveraineté qui est géré. C’est différent de la présidence de la République dont les fonctionnaires sont traités au même pied d’égalité que tous les autres fonctionnaires », s’est justifié le ministre du Budget.

En ce qui concerne l’Assemblée nationale, qui a également connue une hausse de son budget, le ministre Dioubaté a souligné que cette augmentation répond aux dispositions de la nouvelle Constitution.

Dans le Règlement de l’Assemblée sous l’empire de l’ancienne Constitution il y avait deux sessions parlementaires dans l’année, d’octobre à décembre et d’avril à juin. Maintenant, la nouvelle Constitution a prévu une session unique de 9 mois d’octobre à juin. Et S’il y a une session extraordinaire comme celle de la rectificative de finances, cela fait 10 mois. L’implication financière est la suivante. Les primes des sessions qui sont prévues de 6 mois ont été ajustées sur les 4 mois ce qui fait 10 mois. La variation constatée au niveau de l’Assemblée concerne ce volet”, a justifié le ministre du Budget. 

Lire aussi-Guinée : Alpha Condé et Cellou Dalein s'affrontent sur un nouveau terrain…

Mais le moins que l’on puisse dire, ce que ces explications du Gouvernement  sont loin de convaincre l’opposition.  Cellou Dalein Diallo, l’ancien Premier ministre qui évoqué ce sujet ce samedi 4 septembre 2021, a eu une lecture plutôt très critique. Selon lui, la Loi de Finances Rectificative (LFR) a procédé à l’augmentation des crédits d’un certain nombre de Ministères et d’Institutions, notamment la Présidence qui décide, l’Assemblée Nationale qui vote, le Ministère de l’économie et des Finances qui élabore la loi des finances et l’exécute, le Ministère de la sécurité qui réprime et le secteur de la Justice qui harcèle l’Opposition et protège le pouvoir.

Pour financer ces augmentations, « on procède d’abord à l’augmentation des impôts et taxes, notamment la TSPP, la taxe sur les télécommunications, le prélèvement de 5% sur les maigres salaires des fonctionnaires, ce qui inévitablement va réduire le pouvoir d’achat des ménages et aggraver la précarité », a dénoncé l’ancien premier ministre.

Cellou Dalein Diallo a fait observer qu’on a procédé à une réduction des crédits alloués à des secteurs importants pour le développement du pays, comme l’éducation nationale (-9%), l’enseignement technique et professionnel (-18%), la santé (-40%), l’élevage (-74%).

Mais avant ces ajustements, relève-t-il, « on note déjà que les dépenses de fonctionnement ont été exécutées au premier semestre 2021 à hauteur de 83,56% tandis que les dépenses d’investissement n’ont été effectuées qu’à seulement 17,61% ».

Les résultats de l’exécution budgétaire au 30 juin et les ajustements auxquels on vient de procéder à travers la LFR montrent, selon Cellou Dalein Diallo, le peu d’intérêt que le gouvernement accorde au développement et sa tendance à privilégier le fonctionnement au détriment des investissements.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06

Créé le Samedi 04 septembre 2021 à 21:24