Dr Sakoba sur le "faux cas d'Ebola" abidjanais : « C’est la science qui a gagné… »

Guinée
Dr Sakoba Keita, Directeur Général de l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire
Dr Sakoba Keita, Directeur Général de l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire

CONAKRY-Le directeur Général de l'Agence nationale de la sécurité sanitaire (Anss) a réagi, ce mercredi 1er septembre 2021, suite aux résultats du laboratoire du Lyon sur le « faux cas » d'Ebola signalé en Côte d'ivoire. Dr Sakoba Kéita s’est montré modeste et très humble, estimant que c’est la science qui a gagné. 

Pour nous, c'est la science qui a gagné parce que cela nous a permis d'apprendre. On va tirer des leçons pour que ce genre d'incidents ou d'erreurs soient réduits. (...) Nos collègues de la Côte d'Ivoire sont des collaborateurs à moi. Cela fait plus de 20 ans je connais certains parmi eux, on nous invite dans les mêmes forums. Donc, ce n'est pas à partir d'une seule divergence de vue que nous pouvons briser tous ces liens séculaires qu'on a eus à bâtir à travers le temps”, a expliqué le directeur de l'Anss. 

Ce qui a alimenté les doutes de Conakry…

L'Organisation Mondiale de la Santé a publié un communiqué, hier mardi 31 août 2021, qui a confirmé les doutes des autorités sanitaires guinéennes sur ce faux  cas d'Ebola signalé à Abidjan.  Mais qu’est-ce qui a alimenté les doutes des autorités sanitaires de Guinée ? L’épidémiologiste guinéen précise :

 « Le 15 août on a envoyé des vaccins et une équipe de prise en charge en Côte d'ivoire. A notre fort étonnement, la fille a évolué très rapidement. Voyant notre expérience avec 3.944 cas d'Ebola avec plus de 2500 décès lors de la première épidémie, on s'est dit que cette évolution de la patiente est inhabituelle. Mais en matière de science l'inhabituel existe. C'est en voulant connaitre mieux sur le cas que la Guinée aussi a émis son étonnement pour dire que c'est un cas atypique qui mérite d'être approfondi pour la manifestation de la vérité scientifique. C'est dans cet exercice que le ministre de la santé a adressé une lettre au représentant de l'OMS pour solliciter une reconfirmation dans un laboratoire. L'échantillon est parti le 25 août à Lyon qui avait diagnostiqué la première épidémie d'Ebola en Guinée en 2014.

Lire aussi-Ebola Abidjan : Un nouveau test donne raison à la Guinée...

Le labo de Lyon nous a écrit pour dire qu'ils ont transmis le résultat de leur analyse à la Côte d'ivoire. Il faut reconnaître, avec l'appui et la collaboration de l'OMS, ils ont demandé de faire une déclaration de non cas suite aux résultats négatifs de deux examens très importants. Le premier c'est la PCR si elle est infectée aujourd'hui ou non. Le deuxième, c'est le taux d'anticorps qu'ils ont appelé la sérologie qu'on fait aux gens qui sont guéris. Le résultat a montré qu'elle n'a pas d'anticorps ce qui signifie qu'elle n'a jamais été en contact avec Ebola. Donc il s'agit bel et bien d'une erreur de diagnostic, mais l'erreur est humaine. (...) La reconfirmation est très nécessaire pour nous. Les arguments, c'était que Labé n'avait jamais enregistré de cas et il n'y avait pas eu de cas parmi les contacts. Quand on nous a donné ses résultats de labo primaire, on doutait de cela”, a indiqué Dr Sakoba Kéita.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 669 91 93 06

Créé le Mercredi 01 septembre 2021 à 16:15

TAGS