Mandat d'arrêt international contre Koundouno : Que va faire la défense de l'opposant?

Guinée
Maitre William Bourdon et Me Vincent Brengarth, avocats internationaux du FNDC
Maitre William Bourdon et Me Vincent Brengarth, avocats internationaux du FNDC

PARIS-Cible d'un mandat d'arrêt international, émis le 31 mai dernier par le doyen des juges d'instruction du TPI de Dixinn, Sékou Koundouno doit-il s'inquiéter ?

Le FNDC, -dont il est l'un des dirigeants-, a dénoncé une "diversion" de la part des autorités guinéennes, qui selon le front anti-troisième mandat, cherche à distraire l'opinion face à la misère galopante dans le pays. Mais que compte la défense de l'opposant ?

 "Des annonces vont être faites dans les heures à venir", a confié ce jeudi 26 août 2021 à Africaguinee.com, un des avocats internationaux du FNDC.

Sékou Koundouno est poursuivi notamment pour des faits  "d’association des malfaiteurs, incendie volontaire, trouble à l’État par le massacre, dévastation ou le pillage, participation à un mouvement insurrectionnel et menace par le biais d’un système informatique ”.

Ces faits sont punis par les articles 784, 510, 560 et 565 du Code pénal, selon le document signé par le doyen des juges d'instruction du TPI de Dixinn.

"En dépit de la gravité des faits qui me sont reprochés, j'aurais comparu avec courage et dignité devant la justice pour affronter mes accusateurs et démontrer la légèreté de ce dossier. Mais comment faire confiance en un système judiciaire où un procureur de la République reçoit du président de la République un véhicule flambant neuf en guise de cadeau pour service rendu ? ", a réagi l'opposant, ce jeudi 26 août 2021.

Lire aussi-Tibou Kamara répond à Cellou et au FNDC : " Nul ne saurait être au-dessus de la loi…"

Sékou Koudouno affiche une sérénité et promet de continuer la lutte. "Je reste serein, imperturbable et je continuerai à exercer mes droits en tant que citoyen notamment celui de lutter contre le troisième mandat illégal du dictateur Alpha Condé, de dénoncer et combattre sous toutes ses formes la mauvaise gouvernance, la violation des droits de l'homme et l'assassinat de la démocratie", a assuré Sékou Koundouno.

Mercredi soir, Cellou Dalein Diallo, le principal opposant au régime d'Alpha Condé a exprimé son soutien à M. Koundouno, tout en accusant le Chef de l'Etat d'instrumentaliser la justice pour tenter de museler l'opposition et faire taire toutes les voix discordantes.

Face à ces critiques, le Gouvernement à travers son porte-parole Tibou Kamara, a réagi soulignant qu'un mandat d'arrêt ou d'autres actes venant de la justice relèvent de sa compétence et sont du domaine de la Loi. 

Dossier à suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Jeudi 26 août 2021 à 15:30