L'union des chasseurs traditionnels précise : "Les donzos qui sont allés à Gaoual sont des clandestins…"

Guinée
Des responsables et membres de l'Union Nationale des chasseurs et guérisseurs traditionnels de Guinée, image d'archive
Des responsables et membres de l'Union Nationale des chasseurs et guérisseurs traditionnels de Guinée, image d'archive

CONAKRY- L’Union Nationale des chasseurs et guérisseurs traditionnels de Guinée vient de désavouer le groupe de donzos qui a débarqué cette semaine dans la préfecture de Gaoual, dans l'objectif, dit-on, de sécuriser les mines aurifères.

Interrogé par Africaguinee.com, le porte-parole de l'Union nationale des chasseurs et guérisseurs traditionnels de Guinée, Billy Nankouma Sidibé, a qualifié ces donzos de clandestins qui méritent d'être arrêtés.

Lire aussi-La présence des donzos à Gaoual sème la psychose : " Ils ne sont pas la bienvenue…"

 «Ceux qui sont partis se présenter à Gaoual comme des donzos, c’est purement des clandestins. En tant que porte-parole de l’union officielle des donzos, je précise que ceux qui sont partis à Gaoual à notre nom, si vous pouvez les arrêter, faites-le. Je vous répète qu’ils ne sont pas partis à notre nom et sur notre mission. Ils n'ont reçu aucun mandat, ils ne relèvent pas du bureau national, je vous en donne assurance. Ils ne sont pas affiliés à nous, notre union n’a pas envoyé une mission à Gaoual du tout.

Nous sommes bien organisés, aucun membre de donzo ne peut se déplacer pour une mission officielle sans que je ne sois informé. Aucun ne peut se présenter quelque part sans que je ne sois informé s’il est membre de notre union. Aucune mission de notre union n’est à Gaoual, restez tranquilles pour ça. Nous ne faisons pas de la clandestinité »,  a martelé M. Sidibé.

Lire aussi-Guinée : Immersion dans l’univers mystique des Donzos…

Dans la journée de ce mercredi 04 août, des informations ont circulé comme quoi, ces donzos ont plié bagages. Mais les citoyens de Gaoual restent encore très prudents.

"Nous n'avons pas des informations certaines  qu'ils sont partis de Gaoual. On a juste constaté qu'ils ne sont pas visibles auprès  des jeunes de Gaoual qui sécurisent les mines. Toutefois, le préfet a passé  un communiqué pour leur dire de partir de Gaoual depuis hier. Le communiqué  passe en boucle à la radio rurale, mais nous ne savons pas s'ils sont réellement partis. A ce que je sache, ils ne sont pas au camp, encore moins auprès  des jeunes de Gaoual. Personne ne nous a dit qu'ils campent quelque part. Peut-être qu'ils sont partis. De toute façon, nous voulons qu'ils partent de Gaoual, nous leur avons dit qu'ils ne sont pas la bienvenue", explique Amadou Fofana.

Dossier à suivre…

 

Alpha Ousmane Bah

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 05 août 2021 à 9:01