La présence des donzos à Gaoual sème la psychose : " Ils ne sont pas la bienvenue…"

Gaoual
Image d'illustration
Image d'illustration

GAOUAL- L'arrivée inopinée d'une "horde" de donzos dans la commune urbaine de Gaoual sème la psychose. Plusieurs citoyens de la nouvelle ville aurifère du pays, sont unanimes. Ils sont partagés entre inquiétude et interrogations.

Ces chasseurs traditionnels aux accoutrements singuliers se sont présentés à certaines autorités militaires et civiles de la préfecture. Ils justifient leur présence par la nécessité d'aider le gouvernement à sécuriser les zones aurifères alors que d'après nos sources, ils disposaient d’aucun papier. Une réunion a été tenue ce mardi 03 août 21 entre citoyens de Gaoual pour plancher sur le présence.

 « Un groupe de donzos est arrivé à Gaoual. Ils sont au nombre de 30 personnes. Ils sont allés au camp se présenter ensuite ils ont rendu visite au Maire de la commune urbaine. D’après leur déclaration, ils sont venus s’associer aux autorités de Gaoual pour aider à appliquer la décision du gouvernement qui a interdit l’exploitation artisanale de l’or. Ils ont dit qu’ils sont là pour aider le gouvernement et qu’ils ne sont ni contre la population locale, ni contre quelqu’un d’autre. Sauf que personne ne les a invité à Gaoual, ils sont venus débarquer brusquement un bon matin.

Ils ont dit qu’ils sont venus sous l’ordre de leur bureau qui se trouve à Conakry vrai ou faux, nous ne savons pas. Actuellement même, la situation est maitrisée à Gaoual centre, il n’y a pas d’exploitation depuis longtemps, les jeunes de Gaoual sont régulièrement dans la brousse matin et soir. Personne n’exploite l'or dans la commune urbaine, le peu d’orpailleurs qui restent ici sont partis à Kounsitel. A Kounsitel aussi les autorités sont en train de prendre des dispositions pour faire appel aux jeunes de Gaoual pour éviter l’exploitation clandestine comme ce fut le cas dans la commune urbaine » explique Amadou Sidibé, jeune leader de Gaoual et membre de la société civile.

Certains citoyens de la ville sont inquiets depuis qu’ils sont vu ce groupe traverser la ville. C’est le cas A. Fofana, vendeuse de riz au marché de Gaoual. «  Nous sommes inquiets. Il faut que les autorités nous disent de quoi il s’agit réellement. Tout le monde est surpris de voir ce groupe  d’hommes aux habillements particuliers avec des fusils en bandoulière. La ville est petite pour leur mouvement, ils ont été vus partout » s’inquiète cette mère de famille.

Interrogé par Africaguinee.com, un officier militaire a précisé : « Ecoutez, ils sont arrivés au camp pour dire qu’ils sont venus annoncer leur présence dans le cadre de la sécurisation des mines. Nous leur avons dit que ce n’est pas à nous de les recevoir. Donc, de s’adresser aux autorités administratives, c’est à elles de nous informer de leur présence, après ils sont partis. Nous ne savons pas la suite. Mais ils n’avaient aucun document sur eux qui donne une explication sur la raison de leur présence », précise notre interlocuteur

Une réunion a été tenue dans la journée de ce mardi  entre les différentes composantes de la société à Gaoual pour se pencher sur la présence inopinée de ce groupe de chasseurs traditionnels dans la préfecture Gaoual, explique le maire de Kounsitel.

« Nous ignorons de qui ils ont reçu l’ordre de faire une telle mission. Actuellement, ils sont à Gaoual dans la commune urbaine. Ils sont allés au camp et à la commune pour décliner leur mission. Mais on leur a dit que la sécurisation des mines n'est pas de leur ressort, ni de leur prérogative. Ils sont là sans ordre de mission. Donc, personne ne peut collaborer avec eux. Les sages, les jeunes et tout le monde lors d’une réunion tenue aujourd’hui dans la commune, tout le monde a dit à l’unanimité qu’ils ne sont pas la bienvenue. Donc, de quitter » précise le maire de Kounsitel, Mohamed Cherif Diallo.

Quant au maire de Gaoual centre, Daouda Diallo il évite de faire tout commentaire sur le sujet. D’ailleurs depuis l’interdiction de l’exploitation de la mine d’or, les autorités de Gaoual gardent le silence sur la situation.

 

Alpha Ousmane Bah (AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 664 93 45 45

Créé le Mercredi 04 août 2021 à 3:50