Présence de "gendarmes et policiers" à Maison Centrale : la sécurité de Toumba menacée ?

Conakry
Toumba Diakité
Toumba Diakité

CONAKRY-Le déploiement de gendarmes et de policiers dans l'enceinte de la maison centrale sise à Coronthie, a provoqué une psychose chez les détenus.

Suite à l'évasion de Sidy Mohamed Diallo, cerveau présumé des enlèvements en Guinée, des policiers et gendarmes ont été appelés en renfort pour assurer la sécurité de la prison. Sauf que la présence de ces hommes en uniformes est mal perçue par certains prisonniers qui les voient comme une menace. Le malaise est tel que certains détenus refusent de s'alimenter, a appris Africaguinee.com. C'est le cas du célèbre prisonnier,  Aboubacar Sidiki Diakité alias Toumba, en détention préventive depuis six ans.

Contacté par Africaguinee.com, l'avocat de ce célèbre prisonnier qui est présenté par la justice guinéenne comme l'un des cerveaux présumés des massacres du 28 septembre 2009 au stade du même nom, nous a expliqué les raisons de cette "grève de la faim" entamée par son client.

Selon Me Paul Yomba Kourouma, Toumba trouve que sa sécurité est menacée à cause de la présence des agents à la Maison Centrale. D'après cet avocat, son client voit ces agents comme des "infiltrés" qui pourraient être en mission de la part leurs chefs impliqués dans le massacre du 28 septembre 2009 et qui pourraient lui régler les comptes"

"Depuis deux jours, il refusait de s'alimenter parce qu'il trouvait la présence de la gendarmerie et la police très encombrante dans ces lieux et cela menaçait sa sécurité. Non seulement cela causait une psychose au sein de cette administration qui vivait paisiblement, il se disait que ce ne pas à cause d'un seul individu isolé dont la gestion dépendait exclusivement que du gardien chef de la Maison Centrale, que tous les prisonniers doivent être punis.

Ensuite, il trouvait très anormal la présence des gendarmes et des policiers aussi dans cette administration parce que sincèrement cela ne relevait pas de ces deux corps. Il trouvait sa sécurité très menacée parce que c'est des gens qui avaient pour mission de garder l'extérieur de la maison centrale. Mais bien qu'étant là-bas, ils n'ont même pas pu appréhender un seul évadé. Donc, cela veut dire que leur mission à l'extérieur n'a jamais été accomplie à bon escient à plus forte raison à l'intérieur où pratiquement, ils n'ont aucun rôle à jouer. 

Effectivement, Toumba avait refusé de s'alimenter et de boire. Cela a été porté à la connaissance du département de la justice qui a pris des mesures palliatives et d'exceptions en ce qui le concerne. Désormais, ils vont ouvrir le portail principal de sa cellule, son salon où il s'exerce à 6h du matin au lieu de 9h comme pour les autres et le refermer entre 19h et 20h. 

Lui (Toumba ndlr) il voyait en ces gens-là, comme des infiltrés qui pourraient être en mission de la part leurs chefs impliqués dans le massacre du 28 septembre 2009 et qui pourraient lui régler les comptes. On ouvrait sa cellule qu'à partir de 9h pour la refermer avant même la tombée du jour, alors qu'il est malade. C'est quelqu'un qui fait des crises, il a besoin de voir autour de lui les gens pour une aide éventuelle. Il a aussi besoin de faire quelques petits mouvements, des exercices pour essayer de contrôler son mal parce que c'est dû à sa privation de tous ses droits là en tant que soldat aguerri, c'est ce qui lui a provoqué la maladie. Actuellement même, il est en train de panser une tumeur du pancréas qui est en train de le ronger. (...)

Nourriture 

Toumba n'a jamais été nourri par ces gens-là. C'est le régisseur adjoint de la Maison Centrale qui s'occupait de sa nourriture. Il était spécialement détaché et chaque matin c'est Toumba qui choisissait le menu et les parents apportaient de la nourriture quand il le sollicitait. Mais c'est lui (Toumba ndlr) sur fonds propres qui proposait le menu que le régisseur adjoint de la Maison Centrale allait acheter. Et pour des questions de sécurité, le régisseur adjoint mangeait avec lui. Il (le régisseur adjoint ndlr) était le premier à goûter tous repas que Toumba prenait.

Toumba avait fini d'obtenir la confiance du commandant parce que c'est lui qui faisait tout pour lui. Le décapiter de Toumba alors que ce monsieur n'avait pas la gestion de Sidy qui s'est évadé, est pénible pour lui.  Sidy était géré exclusivement que par le gardien chef, c'est lui seul qui détenait la clé de sa cellule et toutes les autres clés étaient remises au gardien chef en fin de journée. Alors arrêter quelqu'un comme ça, nous l'avons trouvé très arbitraire. Cela décapite Toumba de toute assistance désormais et je ne sais vraiment pas comment il sera. Il faut que celui qui doit lui offrir à manger, s'impose cette rigueur là aussi qui est de partager le manger avec lui", nous a confié Me Paul Yomba Kourouma, avocat de Toumba Diakité. 

A suivre...

 

Oumar Bady Diallo 

Pour Africaguinee.com 

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Lundi 26 juillet 2021 à 11:47