Saloum Cissé après l'élargissement de Gaoual et cie : "Je souhaite que ça continue…"

Guinée
Saloum Cissé, Secrétaire Général du RPG arc en ciel
Saloum Cissé, Secrétaire Général du RPG arc en ciel

CONAKRY-Après la libération pour des raisons médicales, d'Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, Chérif Bah, Abdoulaye Bah, vendredi 16 juillet, le  secrétaire général du RPG Arc-en-ciel, Saloum Cissé a exprimé le souhait que les mesures d'élargissement continuent, en faveur des détenus. Ce haut responsable du parti au pouvoir, a fait l'amère expérience de la prison à deux reprises pour des raisons politiques. Il soutient qu'il ne faut pas souhaiter  la prison même à son  ennemi.

« Je suis très sensible quand quelqu’un qui est en prison tombe malade. Lorsque j’étais en prison, je suis tombé malade. D’abord, j’ai été arrêté en 1990, j’ai fait 3 mois 17 jours aux 32 escaliers  au Camp Alpha Yaya. En 1996, j’ai été arrêté avec Hadja Bintou Gbé, on a été condamnés à deux ans et on a fait 13 mois en prison avec 6 millions d’amende. C’est pour vous dire que nous connaissons les difficultés de la prison. Que Dieu nous aide pour que tout se passe bien », a lancé M. Saloum Cissé interrogé par Africaguinee.com.

A l’issue de leur réunion, ce lundi 19 juillet 2021, l’alliance pour l’alternance démocratique (Anad) a posé de nouvelles conditions pour sa participation « aux débats sur le dialogue » à savoir : « La libération complète pleine et entière de tous les détenus politiques, la libération des locaux abritant le siège et les bureaux de l’Ufdg et la restitution des droits et libertés de voyager du président de l’Anad, de son épouse et de ses collaborateurs ». Interrogé sur ce sujet, le secrétaire général du Rpg arc-en-ciel soutient que l’élargissement partiel de ces détenus malades est déjà un signe d’apaisement.

 « Déjà le fait de libérer les malades qui étaient en prison c’est un signe d’apaisement que, personnellement, j’applaudis.  Notre souhait est qu’il y ait de l’harmonie dans notre pays. Moi, j’ai fait la prison deux fois. Je connais les difficultés qui y sont. Il ne faut pas souhaiter la prison même à son ennemi parce que c’est une souffrance endogène et personnelle. Mon souhait est que l’élargissement puisse continuer et qu’on laisse aussi les juges faire leur travail, mais que le processus soit accéléré. Ceux qui doivent être libérés qu’on les libère et ceux qui sont coupables puissent être situés sur leur sort même si, par après, nous nous levons tous pour qu’ils soient élargis. C’est ma position personnelle », a souligné Saloum Cissé.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06 

Créé le Mercredi 21 juillet 2021 à 14:02