Violences en Afrique du Sud : Des guinéens victimes de pillages à Durban….

Afrique du Sud
Des pilleurs en portant des objets volés en Afrique du Sud
Des pilleurs en portant des objets volés en Afrique du Sud

DURBAN- Les violences survenues en Afrique du Sud suite à l'incarcération la semaine dernière, de Jacob Zuma, accusé d'outrage à la justice, n’ont pas épargné la communauté guinéenne.

Ces violences meurtrières sur fond de pillages, qui ont débuté vendredi dans la région du KwaZulu-Natal et qui ont coûté la vie à plus de 70 personnes, laisse certains dans le dénuement total. Dans la ville de Durban, des guinéens ont été victimes de pillages.

Propriétaire d’une grande surface de vente d’habits et de tissus de luxe, Billo  l'une des victimes, a vu ses efforts consentis pendant plusieurs années réduits au néant. Selon un guinéen interrogé par Africaguinee.com,  c’est un magasin de vente, de broderie et d’habits de valeur qui a essuyé la colère des pilleurs.

‘’ Ils ont tout emporté et détruit ce qu’ils ne pouvaient pas emporter. Le propriétaire se nomme Mody Billo qui vit ici à Durban à 400 km de Johannesburg. Vous savez dans ce pays, la plupart des mouvements de révoltes commencent à Durban où la majorité des habitants de cette ville sont des Zoulous’’ nous explique-t-il.

Johannesburg…

"Pour mon cas, j’habite à Johannesburg où toutes les activités sont au ralenties parce que tout le monde est terré à la maison. Moi je travaille dans une usine de fabrique d’habits qui a fermé depuis le vendredi dernier. La ville est prise d’assaut par les forces de l’ordre pour éviter qu’il y ait plus de casses.  Les 90% des magasins restent encore fermés. Nous avons peur de sortir et rencontrer les pillards.

Pretoria…

A moins de 100 km de Johannesburg,  il y a Pretoria, où actuellement tous les taxis sont à l’arrêt faute de passagers. Les victimes collatérales de cette révolte sont les étrangers que nous sommes en particulier les débrouillards.  En cas de pertes, le gouvernement sud-africain ne rembourse que les grandes compagnies puisque ce sont elles qui payent régulièrement leurs taxes. Comme nous les pauvres qui évoluons dans le petit commerce quand tes avoirs vont en fumée, tu n’as que tes yeux pour pleurer.

Des nigérians aussi qui évoluaient dans le commerce de véhicules ont été victimes de vandalisme. Les loubards ont tout emporté, ce qui reste a été calciné. Dans ce pays les violences sont d’une grande ampleur. Les manifestations sont courantes, sans compter la xénophobie qui sévit", a relaté ce compatriote vivant en Afrique du Sud.  

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 13

Créé le Jeudi 15 juillet 2021 à 20:17