Amnesty, Manifestations, Ratoma : Alpha Condé crache ses "vérités"...

Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée

CONAKRY-Le Président Alpha Condé vient de s'exprimer sur de nombreux sujets touchant la vie de Nation. Le Chef de l'Etat, à l'occasion du lancement, ce vendredi 09 juillet, d'un important projet agricole financé à hauteur de 100 millions de dollars par la Banque Mondiale, s'est félicité du calme qui règne dans le pays tout en exposant sa vision de la Guinée pour les prochaines années.

Le dirigeant guinéen, a réitéré qu'il n'acceptera plus de pagaille dans le pays et que la Loi va s'appliquer dans toute sa rigueur. Il n'a pas manqué de réaffirmer sa détermination à récupérer les réserves foncières de l'Etat.

Soulignant que ce sont les manifestations orchestrées par l'opposition qui avaient freiné son élan pendant ses deux premières mandatures, Alpha Condé a aussi tiré à boulets rouges sur l'ONG Amnesty International, qui selon lui, est financée par des grands trusts, pour discréditer la Guinée. Selon le Chef de l'Etat, les pays de l'Asie du Sud-est se sont développés pendant des dictatures militaires.  Extraits.

Ratoma était une zone réservée…

"Pendant les dix premières années de mon Pouvoir, j'étais constamment confronté à des violences, à des manifestations orchestrées par l'opposition. Tout le monde sait que l'argent a peur du bruit. Aujourd'hui, le pays est clame, la Guinée est devenue une destination très prisée. La preuve : tous les hôtels sont remplis.  

Nous avons décidé de changer complètement notre pays, pour cela il faut une réforme du système foncier. Sous la première république, la terre appartenait à l'Etat, sous la deuxième république, il y a eu une pagaille. Même les réserves foncières que le colonisateur avait identifiées, beaucoup ont été détruites. Si je prends Ratoma, sous la période coloniale, Ratoma était une zone protégée. C'est sous la première et la deuxième que Ratoma est devenu des bidons villes.

J'ai décidé de prendre les choses en main

Les ministères de l'administration du territoire et de l'agriculture ont fait le recensement des réserves agricoles afin qu'on puisse les récupérer et les mettre en valeur (…). Nous avons déjà commencé le travail sur la réforme foncière. Carlos Lopez nous avait accompagnés lorsqu'il était à la CEA, mais les différents troubles et perturbations politiques ne nous ont pas permis de faire avancer cette politique. Maintenant le pays est calme et j'ai décidé de prendre les choses en main. C'est pourquoi j'ai décidé de ramener l'agriculture et l'élevage à la présidence avec un ministre délégué. Car très souvent, les cadres donnent des chiffres qui ne sont pas conformes avec la réalité sur le terrain.

Plus de pagaille, la loi va s'appliquer…

Nous sommes contents de voir qu'aujourd'hui, la Guinée est une destination très prisée. Nous n'accepterons plus de pagaille, la loi va s'appliquer de façon rigoureuse. On ne sera plus dans une situation de non Etat. Il y aura un Etat qui protège les citoyens, les libertés et qui empêche qu'on porte atteinte à la vie et aux bien des citoyens ou bien qu'on viole la Loi. Bien sûr ! Ce n'est pas très facile.

Parce qu'on nous demande à la fois de nous développer et ensuite de faire des démocraties en oubliant que lorsque certains se développaient c'était la monarchie absolue. On nous parle d'Asie du Sud Est qui s'est développée avec des dictatures militaires. On nous cite Singapour (…). Nous allons développer le pays tout en respectant les libertés.

Je ne prends pas au sérieux Amnesty

Nous savons très bien que les ONG internationales financées par des grands trusts tentent de nous discréditer pour ne pas nous développer. Elles font des rapports partiaux. C'est pourquoi, je ne prends pas au sérieux Amnesty International et tous les autres. Ils peuvent faire ce qu'ils veulent comme rapports. Je dis que nous sommes très heureux de l'accompagnement de nos partenaires, mais nous devons compter sur nos propres forces. Car seuls nous les guinéens pouvons développer notre Guinée".

A suivre...

Africaguinee.com

Créé le Samedi 10 juillet 2021 à 15:11