Sidya Touré en exil ? "Il n’a pas envie de se retrouver bloqué en Guinée…"

Guinée
Sidya Touré, leader de l'UFR et Mohamed Tall
Sidya Touré, leader de l'UFR et Mohamed Tall

CONAKRY- L'absence prolongée du leader de l'Union des Forces Républicaines (UFR) en Guinée alimente des suspicions. Sidya Touré a-t-il été forcé à l'exil ? Difficile de ne pas répondre à cette interrogation par l'affirmative.

Des personnalités politiques guinéennes de premier rang sont visées par des procédures judiciaires qui les empêchent de sortir du territoire national. Cellou Dalein Diallo et plusieurs de ses proches peinent à sortir du territoire national depuis fin décembre.

Quid de Sidya Touré ? Interpelé sur cette question par Africaguinee.com dans une interview à paraître prochainement, Mohamed Tall, l'un des hauts responsables de l'UFR a été clair. Selon lui, Sidya Touré n'a pas envie de se retrouver bloqué en Guinée. L'ancien premier avait fait l'amère expérience à la veille de l'élection présidentielle.

"Aujourd’hui tout le monde assiste au tour de vis en Guinée. Beaucoup de responsables politiques et de la société civile se sont retrouvés en prison pour s’être simplement exprimés. Il y a énormément des détenus politiques, des responsables et pas des moindres ont été empêchés de sortir du territoire, il y a des arrestations abusives et arbitraires et tout cela n’est pas sans conséquences. Alors, ce qui est évident, c'est que le président de l’UFR n’a nullement envie de se retrouver bloqué en Guinée, voilà", a déclaré Mohamed Tall, lui-même hors du pays.

Comment apaiser la situation ?

"Je crois que la seule manière d’apaiser, c’est de montrer patte-blanche et de libérer sans condition les détenus politiques et d’essayer de faire les choses de manière orthodoxe (…), c’est-à-dire inviter les différents acteurs à un vrai dialogue, respecter la séparation des Pouvoirs. Parce qu’il faut que le président Alpha Condé accepte de s’autolimiter. Il ne peut pas être à la fois chef de l’exécutif, du judiciaire et du législatif. Il faut qu’on commence à fonctionner normalement. C’est cela problème fondamental. Mais là, on n’a pas de  signes positifs qui nous indiquent clairement que désormais la volonté politique est là pour décrisper la situation", a indiqué Mohamed Tall.

Nous y reviendrons !`

 

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 113

Créé le Vendredi 09 juillet 2021 à 17:54