Des opposants au régime Condé visés par l'Accord militaire? Une précision de taille...

Guinée
Les présidents Sénégalais et Guinéen, Alpha Condé et Macky Sall
Les présidents Sénégalais et Guinéen, Alpha Condé et Macky Sall

CONAKRY- La Guinée et le Sénégal ont paraphé un accord de coopération militaire et technique le 19 juin dernier à Accra. Le texte a été adopté par le parlement guinéen, dimanche 05 juillet 21. Si du côté du Sénégal, le texte n'a pas encore été examiné par les députés en vue de son adoption, en Guinée, certaines de ses dispositions suscitent des questions. C'est notamment celle qui dit : " la non utilisation du territoire des deux parties contre les intérêts d’une autre partie".

De l'avis de certains observateurs, elle viserait Ibrahima Diallo et Sékou Koundouno, deux hauts dirigeants du FNDC exilés à Dakar, et qui travaillent pour la redynamisation de leur mouvement, qui avait donné du fil à  retordre au pouvoir d'Alpha Condé, dans la lutte contre le troisième mandat.  Le FNDC, est considéré par Conakry, selon certaines sources, comme un "mouvement insurrectionnel".

Face à ces zones d'ombre qui persistent, Africaguinee.com, a joint le Directeur de l’information et des relations publiques des Armées (DIRPA), qui a apporté des précisions.

’L’accord dit qu’aucun pays ne servirait de base arrière pour attaquer les intérêts de l’autre partie. Maintenant, cela ne vise pas une personne ou une entité spécifiquement. Mais la Guinée quant à elle ne servira jamais de base arrière pour permettre à qui que ce soit d’attaquer un autre pays. Nous espérons avec cet accord, le Sénégal ne servira pas de base arrière pour des menées subversives contre la Guinée. Mais cela ne vise pas une personne spécifiquement.

Lire aussi-Sénégal : Koundouno et Ibrahima Diallo doivent-ils s'inquiéter ?

Nous espérons et nous pensons que les opposants qui sont au Sénégal, si ils sont légalement installés, c’est-à-dire si, ils ont l’asile politique, ils respecteront les termes de l’asile politique et ne constitueront pas une menace pour la Guinée. Mais ils ne sont pas spécifiquement visés. Nous espérons, comme je vous l’ai dit, que le Sénégal ne permettra à qui que ça soit d’utiliser  son territoire pour mener des actions subversives contre la Guinée", a précisé Aladji Cellou Camara.

A la question de savoir si en cas de manquement, la Guinée pourraient être amenée à demander au Sénégal  d'expulser ces opposants, le responsable de la DIRPA a tranché. "Tout cela dépendra du gouvernement sénégalais. Ce qui est sûr, la Guinée elle, ne permettra à personne de se servir du territoire guinéen pour menacer le régime sénégalais", a-t-il martelé, soulignant que ces accords sont signés pour une durée de cinq ans renouvelables tacitement, à moins que l’une des parties désiste.

Dossier à suivre…

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel: (+224) 655 31 11 13

Créé le Mercredi 07 juillet 2021 à 18:43