CTEPI de Gbéssia : Médecins Sans Frontières sensibilise le personnel médical et procède au lancement de la formation des hygiénistes de l’ANSS

Conakry

CONAKRY-L’Association humanitaire internationale d'aide médicale, Médecins Sans Frontières (MSF) a organisé, ce vendredi 2 juillet 2021, une séance de sensibilisation à l’endroit du personnel médical du CTEPI de Gbéssia dans le cadre de la prise en charge des personnes qui vivent avec le VIH, mais également affectées par la maladie de covid-19. Concomitamment, MSF a procédé au lancement de la formation des hygiénistes de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (ANSS), dans la prise en charge des cas graves de Covid-19 et des Co-infectés Covid-19/VIH, au CTEPI de Gbéssia.

Cette sensibilisation déroulée par des agents communautaires de MSF, à l’endroit du personnel soignant de l’ANSS du CTEPI de Gbéssia, a porté sur les conséquences de la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH/Sida. Elle s’est déroulée en présence l’Administrateur dudit centre, M. Mohamed Condé et d’autres responsables.

Dans ses explications, M. Hassimiou Camara, agent communautaire et membre de MSF, vivant avec le VIH depuis 16 ans, a rappelé que l’objectif de cette sensibilisation n'est pas de remettre en cause l’effort de certains médecins. Selon lui, c’est une façon d’interpeller ceux qui pratiquent la stigmatisation des porteurs du VIH car, d’après lui, il y a parmi le personnel soignant des agents qui stigmatisent les patients.  Cette stigmatisation peut pousser le porteur à avoir un sentiment de vengeance jusqu’à propager la maladie et faire beaucoup de victimes, a-t-il averti.

Sinon, ajoute-t-il, le VIH en tant que tel ne tue pas si le porteur du virus suit le traitement comme cela est recommandé. Cependant, lorsque le porteur du virus refuse de se faire dépister à temps, interrompe son traitement et s’isole de lui-même, c’est là que la maladie se transformera en SIDA et c’est ce qui va causer la mort.

"Ce matin, avec le personnel de l’ANSS, nous avons assisté à une activité de sensibilisation au CTEPI de Gbéssia. Cette sensibilisation du personnel s’inscrit dans le cadre de la prise en charge des personnes qui vivent avec le VIH mais également affectées par la maladie de covid-19. Depuis plusieurs années, nous constatons la stigmatisation venant de certains du corps médical qui se livrent à de telles pratiques. C’est dans ce cadre que nous sommes venus renforcer leur capacité de prise en charge des personnes qui vivent avec cette maladie dans ce centre », a expliqué Bah Mohamed, responsable communication de MSF Guinée.

Cette sensibilisation a touché des dizaines de personnes membres du corps médical ainsi que des responsables. Une initiative que l’administrateur général du centre de Gbéssia n’a pas manqué d’apprécier en exprimant toute sa joie et reconnaissance à l’endroit de MSF Guinée.

« Comme vous le savez, nous sommes dans un centre covid, il y a une infection virale qui est là. Certains patients que nous recevons sont atteints du VIH/SIDA. Lorsque ces patients viennent dans notre centre avec ces deux infections, rassurez-vous que la personne sera moralement abattue. Avoir ce genre de formation sur comment communiquer avec les patients est salutaire. Nous remercions MSF par rapport à cela, nous croyons que le personnel a compris les explications qui ont été données. Dorénavant, avec l’outil qu’on vient de nous donner, on va l’utiliser à bon escient. Les personnes co-infectées (VIH/SIDA et Covid) que nous allons recevoir seront moralement bien prises. Nous avons des agents sociaux qui ont suivi la formation, cela va renforcer leur capacité et les patients seront satisfaits », a déclaré l’administrateur général du CTEPI de Gbéssia.

Il a ensuite rappelé les nombreux efforts réalisés par Médecins Sans Frontières dans la prise en charge des patients à travers des formations organisées à l’endroit du corps médical. Cette formation des hygiénistes est un atout majeur qu’il ne manque pas de saluer.  

« Je voudrais tout d’abord remercier MSF pour sa participation dans la prise en charge des patients au Centre de Gbéssia. Depuis leur arrivée, nous avons assisté à différents réaménagements dans divers secteurs.  Ils ont commencé par la formation des infirmiers par rapport à la prise en charge des patients dans les centres d’hospitalisation. Aujourd’hui, nous allons assister à la formation des hygiénistes qui sont des agents de surface. Ce sont eux qui font la propreté.

Si un centre covid n’est pas propre rassurez-vous que cela va contribuer à la re-contamination d’autres patients par d’autres infections qui ne sont pas le covid. Et ce serait très grave. Si MSF vient s’impliquer dans la formation des hygiénistes on ne peut que les remercier et les féliciter » a ajouté Dr Mohamed Condé.

Au niveau du CTEPI de Gbéssia, MSF évolue dans trois volets. L’appui au personnel de l’ANSS dans la prise en charge des patients Covid et personnes Co-infectées (Covid/VIH), la logistique dans l’appui en équipement biomédicale et le troisième axe, c’est au niveau de la santé environnementale qui concerne la gestion de déchets, la prévention et le contrôle des infections.

« Quand on parle de gestion de déchets, de prévention des infections dans un centre de santé, automatiquement les gens pensent au personnel de surface, les hygiénistes. Donc, c’est pourquoi nous avons jugé nécessaire d’appuyer l’ANSS, dans le renforcement des capacités de son personnel hygiéniste en terme de gestion de déchets. D’où la nécessité de faire cette formation » a déclaré M. Housseiny Traoré, coordinateur central et environnemental (eau, hygiène et environnement).

« Cette formation va dans le même élan de renforcement des capacités. Nous la faisons par rapport aux incohérences que nous avons trouvées ou remarquées sur le site, par rapport à la gestion de beaucoup de paramètres du côté de personnel. Le but recherché est qu’à la sortie de cette formation, que le personnel, à commencer par les hygiénistes, les infirmiers et les médecins sachent comment est-ce qu’il faut trier les déchets de la phase de production jusqu’à la phase d’élimination. Parce que, c’est une étape très longue qui est mal assimilée par les soignants. Et à l’embouchure, ça peut créer beaucoup de problèmes. Notre objectif principal, c’est de casser cette chaine de propagation de l’infection involontaire. Bref, que chacun sache comment s’approprier pour éliminer ses déchets » a déclaré M. Sylla Alseny Bongo, superviseur santé environnementale de Médecins Sans Frontière au CTEPI de Gbéssia.

Ladite formation va s’étendre sur deux mois. Elle se fera en des séquences de trois groupes.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Vendredi 02 juillet 2021 à 21:39

TAGS