Lancement en Guinée des activités du projet de renforcement de la cybersécurité et lutte contre la cybercriminalité dans l’espace CEDEAO + Mauritanie OCWAR-C

Guinée
Lancement en Guinée des activités du projet de renforcement de la cybersécurité et lutte contre la cybercriminalité dans l’espace CEDEAO + Mauritanie OCWAR-C
Lancement en Guinée des activités du projet de renforcement de la cybersécurité et lutte contre la cybercriminalité dans l’espace CEDEAO + Mauritanie OCWAR-C

CONAKRY-La campagne de sensibilisation à l’hygiène numérique et à la cyber-sécurité, a été lancée ce vendredi 25 juin 2021, à Conakry. Objectif : sensibiliser les acteurs de l’Etat, les responsables informatiques des structures privées et la population aux enjeux de l’hygiène numérique, en tenant compte des bonnes pratiques internationales. Cet atelier est organisé dans le cadre de la mise en œuvre du projet OCWAR-C (Crime organisé : Réponse de l’Afrique de l’Ouest sur la Cyber-sécurité et la lutte contre la cybercriminalité).

Financé par l’Union européenne à hauteur de 7,5 millions d’euros, en partenariat avec la Commission de la CEDEAO et mis en œuvre par l’agence française de coopération technique international Expertise France, le projet OCWAR-C vise à renforcer la cybersécurité et lutter contre la cybercriminalité dans les Etats membres de la CEDEAO et en Mauritanie.

Le Directeur Général de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’informations qui a présidé le lancement de cet événement, a expliqué que l’idée d’organiser cet atelier, est partie de plusieurs constats. Selon Senkoun Kourouma, le constat vient principalement de deux axes : national et sous régional.

« Il y a eu l’état des lieux qui a été fait dans le cadre de la mise en œuvre du document et de politique de la stratégie nationale en matière de cyber-sécurité, cybercriminalité et cyber-défense. Ce qui nous a poussés à identifier un ensemble de tares au niveau national. Aussi, la Guinée étant présente au niveau sous-régional, dans l'espace CEDEAO avec le projet OCWAR-C, il y a eu un document de politique nationale qui a été élaboré au niveau régional. Donc, la Guinée a reçu le 22 avril 2021 le rapport pays qui nous étalait très clairement la situation de notre pays. Ce qui a poussé le ministère des Postes, Télécommunications et de l’Economie Numérique à enclencher une série d’ateliers de formation et de sensibilisation. L’atelier d’aujourd’hui est consacré principalement à l’hygiène de numérique », a expliqué le Directeur Général de l’Agence nationale de sécurité des systèmes d’informations.

Les organisateurs de cet atelier ont ciblé les responsables des services informatiques des ministères et structures de l’Etat, les responsables des services informatiques du secteur privé à savoir les banques, les assurances, les opérateurs Télécoms, la société civile et les Universités.

Au sortir de cet atelier, la Coordinatrice du projet OCWAR-C (Crime organisé : Réponse de l’Afrique de l’Ouest sur la Cyber-sécurité et la lutte contre la cybercriminalité) a fait part de ses attentes vis-à-vis des participants.

« On s’attend à ce qu’ils soient conscients des menaces qui existent dans le cybersepace et de leurs responsabilités. Au terme de ces ateliers, nous espérons que les participants pourront identifier et mettre des moyens financiers pour renforcer la cybersécurité. Ce projet va se terminer dans deux ans, donc il faudrait qu’à la suite du projet, qu’il y ait une continuité. Pour cela, il faut que l’Etat guinéen réfléchisse pour identifier des fonds complémentaires pour renforcer cet aspect qui est vraiment souverain pour le pays », a souhaité Rabiyatou Bah.

Faut-il rappeler que la durée de ce projet est de 48 mois (1er février 2019 – 31 janvier 2023).

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Samedi 26 juin 2021 à 21:09