La confidence de Mamadou Sylla sur Foniké: "Lorsque notre papa est décédé…"

Guinée
Elhadj Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition guinéenne
Elhadj Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition guinéenne

CONAKRY-La détention de Foniké Mengué, condamné récemment à 3 ans de prison par la Cour d'Appel de Conakry,  peine beaucoup Elhadj Mamadou Sylla, alors que ces huit derniers jours, quatre détenus politiques ont bénéficié de la grâce présidentielle après avoir demandé "pardon" au chef de l’Etat.

Le Chef de file de l'opposition invite le Président de la république à ne pas accorder des grâces de manière sélective, mais d'élargir sa clémence à tous les détenus. Mamadou Sylla conseille Alpha Condé d’être plus « tolérant » et de prendre tous les détenus au même pied d’égalité.

Dans une interview qu'il accordée à Africaguinee.com ce vendredi 25 juin 2021, dont l'intégralité va paraître très prochainement, le leader de l'UDG s'est exprimé sur le cas spécifique de son frère Oumar Sylla Foniké Mengué condamné à 3 ans de prison ferme. Le chef de l’opposition a fait savoir que s’il était donné à la famille de demander pardon à la place du détenu, il l’aurait fait pour obtenir la libération de son jeune frère. Car, il avoue que sa détention le "travaille beaucoup".

« Etant donné que la peine est individuelle, malheureusement, tu ne peux pas faire la prison à la place de quelqu’un. Si c’était une obligation de demander pardon et s’il était donné à quelqu’un d’en demander pour un autre, moi, je suis son frère de sang (on l'aurait fait). C’est mon petit frère, notre papa est décédé alors qu’il était trop jeune. Il a grandi avec moi. Aujourd’hui, sa détention me travaille beaucoup. Mais bon,  il n’y a pas que lui, il y en a d’autres aussi en prison. Je suis député et chef de file de l’opposition, je défends tout le monde à la fois. Si les parents pouvaient demander pardon à la place du détenu, il y a moi ou notre grand frère qui aurait pu le faire pour lui. A chaque fois qu’on l’envoie un message, le jeune (Foniké Mengué) dit qu’il n’a rien fait et ne se reproche de rien. Vous savez chacun à son caractère. Même si c’est ton fils, à partir du moment où il a dépassé l’adolescence, tu ne peux rien faire contre son consentement. C’est lui qui peut décider de son sort, Dieu va l’aider », a indiqué l’opposant.

Toutefois, le chef de file de l'opposition estime aussi, en partie, que le fait de demander "pardon" pour être gracié implique la reconnaissance d’une faute commise. Il ne croit donc pas que Foniké Mengué puisse accepter de prendre un tel engagement alors qu’il dit ne rien se reprocher.

« Le pardon implique de s’engager à ne jamais refaire les choses qu’on faisait. C’est cet engagement que les gens prennent. Je pense que lui (Oumar Sylla, Ndlr) n’acceptera pas de prendre un tel engagement parce qu’il estime qu’il n’a rien fait. Il faut le comprendre aussi puisque demander pardon, cela veut dire que tu reconnais avoir commis une erreur, une faute comme les autres (personnes graciées) l'ont fait. Ceux qui sont sortis disent d’abord qu’ils quittent la politique pour aller faire autre chose. Est-ce que c’est sur le coup de menace ?  Ou c’est ce qu’on leur a demandé de dire ? Ou bien ils ont peur ? Tout cela n’est pas bon pour notre pays. Ce n’est pas bon signe. La méthode donne l’impression qu’on les a obligés de le faire. Ce n’est pas bon pour le pouvoir et pour le président lui-même », a prévenu Mamadou Sylla.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06

Créé le Vendredi 25 juin 2021 à 15:17