Journée mondiale des donneurs de sang : Médecins Sans Frontières sensibilise sur le don de sang à l'Université Sonfonia

Conakry

CONAKRY-A l’occasion de la journée mondiale des donneurs de sang, Médecins Sans Frontières (Msf) en collaboration avec le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) a organisé, ce lundi 14 juin 2021, des activités de sensibilisation et du don de sang à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia-Conakry. L'évènement, ponctué par de nombreux discours, a réuni des responsables de MSF, du CNTS, ainsi que de nombreux étudiants. A l’entame de son allocution, le  responsable des activités communautaires à MSF a rappelé le contexte de la célébration de journée mondiale des donneurs de sang. 

Nous sommes là pour célébrer la journée mondiale des donneurs de sang qui est une occasion pour nous et notre partenaire qui est le Centre national de transfusion sanguine,  de sensibiliser les étudiants de Sonfonia sur les enjeux liés à cette journée. Aujourd’hui, dans toutes nos structures sanitaires que cela soit dans les hôpitaux, dans les centres de santé, il y a un besoin énorme en matière de sang. Nous avons des accidentés, des femmes en accouchement, des urgences à tout moment, liées au sang. Donc, il faudrait que chacun s’investisse pour que ce sang soit disponible au moment où on en a besoin parce que, comme on le dit, il n’y a pas une usine de fabrication du sang. Il faut l’homme. C’est lui qui donne du sang et ce sang profite à un autre homme”, a expliqué Sékou Tidiane Touré tout en saluant l’engouement des étudiants.

L’engouement est grandissant parce que ce n’est pas la première fois que nous nous rendons à l’Université Général Lansana Conté de Sonfonia, mais on comprend que les sensibilisations qui ont été faites il y a quelques années commencent à porter fruits. Les étudiants sont en train de se relayer pour donner leur sang. Au niveau de la communauté, il faudrait que chaque Guinéen comprenne aujourd’hui qu’il est important de donner son sang parce que cela permet de sauver des vies. Il se pourrait que ça soit vous, qui aurez besoin de sang, notre frère, notre sœur. On ne sait jamais”, a-t-il ajouté.

Nyankoye Yves Haba est le Directeur du Centre national de transfusion sanguine. Il a expliqué la journée mondiale des donneurs de sang est choisie par l’OMS (organisation mondiale de la santé). Selon lui, c'est une occasion mise à profit par les gouvernants pour remercier les personnes qui déjà donnent leur sang pour sauver leurs prochains. Parlant des critères des donneurs de sang, M. Haba a indiqué  qu'en premier lieu, il faut être en bonne santé, deuxièmement, avoir au moins 50 kilogrammes et être âgé de 18 à 60 ans.

«Lorsque vous remplissez les critères fondamentaux, il y en d’autres liés à la biologie, donc au niveau du sang. Puisque ce que nous recherchons le plus souvent, c’est l’hémoglobine. Il y a un critère pour les femmes et pour les hommes en ce qui concerne le taux d’hémoglobine. Il y aussi des critères liés aux comportements des personnes volontaires pour donner leur sang vis-à-vis du risque de contamination par les infections qui sont transmissibles par le sang. L’idée globale c’est de protéger celui qui veut donner son sang, mais aussi de protéger les personnes qui doivent recevoir ce produit sanguin pour ne pas compromettre leur santé. (…)

Nous faisons le dépistage de l’infection par le VIH Sida, des infections par le virus de l’hépatite B et C et il y a également la syphilis. Ça fait 4 infections principales que nous dépistons sur l’ensemble des dons de sang. L’essentiel c’est surtout l’entretien que nous faisons avec le donneur de sang pour qu’il nous dise s’il prend de risque vis-à-vis ces infections. Puisque dépister ces infections ne suffit pas souvent à dépister tous les problèmes de santé du donneur de sang.  Le don de sang est souvent l’occasion de faire un bilan de routine de sa santé. Nous contribuons à la prise en charge des personnes sur lesquelles nous dépistons ce problème de santé», a précisé le directeur du CNTS.

Pour cette campagne de nombreux étudiants se sont prêtés à l'exercice en donnant leur sang. Chaque année l’unité de soin de MSF basé à Donka a besoin d’environ 1000 poches de sang. C’est pourquoi, Carlos Arias référent médical du projet de MSF VIH et tuberculose à Conakry a invité les populations à donner leur sang.

« On a une unité de soin à Donka où on a besoin d’environ 1000 poches de sang chaque année. Dans ce cadre, on travaille avec le CNTS pour avoir plus des donneurs de sang. On a choisi l’université parce que c’est le meilleur endroit pour avoir des donneurs. C’est là où on peut trouver beaucoup de monde avec une mentalité ouverte par rapport au don du sang. MSF ne fait rien à lui tout seul, on collabore toujours avec le CNTS pour trouver la meilleure stratégie. Nous avons nos équipes communautaires pour définir la meilleure façon d’attirer les jeunes. On ne peut pas attendre que les gens viennent vers nous, c’est nous qui partons vers eux pour leur expliquer et pour répondre à leurs questions », a précisé M. Arias.

Le chargé de la sensibilisation du CNTS a fait savoir que le centre n’est, certes pas en rupture, mais que la quantité n’est pas suffisante. Dr Mamadou Mawiatou Bah a également précisé que le prix de la poche de sang homologué par le ministère de la Santé et des Finances est de 13.500 Gnf.

A l’occasion de cette journée, MSF et le CNTS ont décidé de renouveler leur collaboration qui existe déjà depuis plusieurs avec un nouveau volet communautaire renforcé qui va se centrer, notamment, sur le recrutement des donneurs de sang.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06

Créé le Lundi 14 juin 2021 à 22:23

TAGS