Cellou tranche : " tant qu’on a le couteau à la gorge, on ne parlera pas de dialogue …"

Guinée
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- L'opposant Cellou Dalein Diallo et sorti de sa réserve ce  samedi 12 juin 2021 ! Le leader de l'Union des forces Démocratiques de Guinée (UFDG) s'est exprimé sur la position de son parti par rapport au dialogue politique, mais aussi sur les détenus. L'ancien premier ministre assure que l'UFDG a retrouvé son "union sacrée" sur ces questions.

"C'est le Conseil politique réconcilié et résolu qui a décidé que le Parti s’abstiendra de parler de dialogue tant qu’il a le couteau à la gorge, c’est-à-dire, tant que nos militants et nos cadres arbitrairement arrêtés resteront en prison, tant que les locaux abritant notre siège et nos bureaux seront fermés et occupés par les Forces de défense et de sécurité, tant que les droits et libertés de voyager du Président, de sa femme et de ses collaborateurs sont suspendus…", a tranché Cellou Dalein Diallo.

Il a assuré que cette décision a été prise à l'unanimité. L'opposant invite ses partisans ainsi qu'aux responsables de l'UFDG de s'abstenir de tout commentaire sur les réseaux sociaux. L'ancien premier ministre précise qu'il a eu l’opportunité d’exprimer et de défendre cette position de l’UFDG devant toutes les personnalités qu'il a rencontré récemment. 

Alpha Condé semblable à un animal blessé

Cellou Dalein Diallo, ne s'est privé de décrocher des flèches contre le Président qui, selon lui est devenu "infréquentable".

"Le despote Alpha Condé, après son coup de force, est aujourd’hui semblable à un animal blessé, acculé et cerné de toutes parts. Il est devenu infréquentable à l’international et n’a plus pour amis que les autres dictateurs du continent. En se reniant sur le sujet du 3e mandat, il a piétiné son honneur et sa dignité. Ayant perdu lamentablement les élections, il n’a plus aucune légitimité aux yeux des guinéens. Alors il nous persécute en prenant en otages nos cadres, en empêchant le Président légitime du pays et ses collaborateurs de voyager librement, en fermant les locaux de notre parti sans aucun fondement, dans l’espoir vain de nous forcer à le légitimer comme président. Mais ce chantage ne passera jamais !", a-t-il martelé.

A suivre…

 

Oumar Bady Diallo

Pour Aafricaguinee.com

Créé le Samedi 12 juin 2021 à 19:12