Cas Goual, Chérif Bah et cie : "Ils ne sauraient être un moyen de chantage pour aller au dialogue…"

Guinée
Cherif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Baldé
Cherif Bah, Ousmane Gaoual Diallo et Cellou Baldé

CONAKRY-La polémique qu'a suscité la tribune de Ousmane Gaoual Diallo, Chérif Bah et Cellou Baldé peine à s'estomper. 

Alors que certains perçoivent cette note conjointe de ces hauts dirigeants du parti comme un appel à l'apaisement et à aller au dialogue, les fédérations de l'UFDG à l'extérieur évoquent des manœuvres visant semer la zizanie, la confusion et l'incompréhension au sein  du Parti.

"L'esprit et la lettre de la tribune ont été complètement dévoyés dans le seul but de déstabiliser le Parti (...) La libération de ces prisonniers politiques ne saurait être un moyen de chantage pour aller à un quelconque dialogue ", précisent les 52 Fédérations de l'extérieur de l'UFDG.

Lire aussi-Maison centrale : Chérif Bah, Gaoual et Cellou Baldé s'adressent aux guinéens

Elles considèrent que lier la libération des cadres et militants détenus, l'ouverture du siège du Parti et des bureaux ou la levée de linterdiction de voyage faite au Président du Parti, à ses collaborateurs et aux membres de sa famille, à la participation à un quelconque dialogue constitueraient une capitulation qu'elles ne sauraient accepter.

Les Fédérations extérieures de l'UFDG réitèrent leur soutien à la position actuelle de la Direction Nationale à ne participer à aucun « dialogue » initié par le Président Alpha Condé.

A suivre…

Africaguinee.com 

Créé le Jeudi 10 juin 2021 à 19:57