Antonio condamné : " J’ai été blanchi, mon honneur lavé…", réagit Blasco

Guinée
Ibrahima Blasco Barry
Ibrahima Blasco Barry

CONAKRY-Le Président de la Fédération guinéenne de Football (FEGUIFOOT) et l'instance qu'il dirige ont été condamnés ce mercredi 9 juin 2021. Mamadou Antonio Souaré et la Féguifoot ont été condamnés par la Cour d'Appel de Conakry, au paiement de 500 millions GNF, à Salifou Camara Super V, Ibrahima Blasco Barry et Morton Soumah, blanchis d'accusations "d'abus de confiance", par le TPI de Kaloum, il y a quelques mois. La Cour d'Appel a confirmé la décision prise en première instance, mais elle est allée au-delà pour que  les préjudices subis par les accusés soient réparés. Cette décision soulage à plus d'un tire Ibrahima Blasco Barry.

"Effectivement nous venons de la Cour d’Appel de Conakry où une décision de justice a été rendue suite à l’appel qui a été faite par la Fédération Guinéenne de Football présenté par le président Antonio Souaré. La Cour a confirmé la décision du TPI de Kaloum (…) En plus de cela, la cour d’Appel a requis une condamnation pour les dommages moraux que nous avons subis. En titre de dommage et intérêts, ils ont requis 500 millions de GNF contre lui", a confié Ibrahima Blasco Barry, interrogé par Africaguinee.com.

Le plus important…

"Le plus important n’est pas l’argent, mais c’est le fait que j’ai été blanchi et que mon honneur soit lavé. Je sais que ma famille, mes enfants, mon épouse, ma très chère mère et aussi des amis ont souffert de cela. Toutes mes prières étaient qu’un jour que mes enfants puissent marcher la tête haute. Donc, à travers cette décision de justice, ils se rendent comptent qu’aujourd’hui que leur père a fait la prison pour rien et que désormais ils peuvent marcher la tête haute. C’est ce qui me réjouit. Mais aussi ma pauvre maman qui était tombée le jour de mon incarcération. Aujourd’hui cette décision lui fait du baume au cœur. Elle vient de se rendre compte que son fils a été accusé à tort et que justice a été rendue. C’est tout ce que je tire comme bénéfice", a-t-il indiqué. 

J’ai tout perdu dans le football…

"J’ai tout perdu dans le football (…), ma carrière a été pratiquement brisée. Au moment où on me reprochait de ces faits qui n’étaient pas du tout avérés, j’étais membres des commissions permanentes de la CAF, j’étais commissaire du match de la CAF, commissaire à la surface  mais aussi j’étais coordinateur général. Nous étions trois dans la sous-région. Je ne l’étais pas pour moi seul mais pour mon pays. De cette position, j’affirmais la position et la crédibilité de notre pays sur l’échiquier africain et international. Mais malheureusement tout ceci s’est effrité par cette affaire dont le résultat a été par ce que nous avons connu encore une fois aujourd’hui", a-t-il ajouté.

Je n’en veux à personne…

"Mais qu’à cela ne tienne, je n’en veux à personne, puisque c’est cela aussi mon destin. Comme on le dit, la vie n’est pas une autoroute, il y a des virages, des ponts et des embuches. Il suffit simplement de tirer les meilleures leçons de ce passé sombre de ma vie. J’ai perdu quatre années comme ça et perdu des amis dans cette affaire. J'ai pu découvrir la profondeur de l’être humain et de le sonder", a-t-il martelé.

Bah Boubacar Loudah

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 113

 

Créé le Mercredi 09 juin 2021 à 17:40