Latifa Aït Baala : « Le peuple guinéen est en souffrance... »

Guinée

BRUXELLES-La députée bruxelloise du Mouvement réformateur porte un regard critique sur la situation sociopolitique guinéenne. 

 

Mme Latifa Aït Baala dénonce le 3e mandat d’Alpha Condé qui, selon elle, résulte d’une usurpation de pouvoir ayant causé plusieurs morts et des arrestations. 

 

La vice-présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique interpelle également l’Union européenne sur le cas des binationaux européens détenus à la maison centrale de Conakry. 

 

La députée bruxelloise a dépeint «la situation sociopolitique en Guinée » qui, selon elle, est loin d’être reluisante. 

 

"On sait que qu’il y a eu des scrutins qui ne se sont pas déroulés comme l’auraient souhaité les Guinéens. Ces élections ont été aussi ponctuées par des violences qui ont engendré des pertes de vies humaines. Il y a une cristallisation de toute une série de tensions au fil de nombreux mois", a pointé la parlementaire. 

 

Le peuple guinéen est en souffrance et il vit cette situation dans un contexte de dénuement total qui, au fond, ne connaît aucune amélioration des conditions de vie, a-t-elle dénoncé.

 

De l’interdiction de voyager…

 

Depuis l’élection du 18 octobre 2020, le président de l’Ufdg s’est vu empêcher, à plusieurs reprises, de sortir du pays, constate-t-elle. Ses documents de voyage sont mêmes confisqués par la justice « sans aucun motif légal », dit-elle citant l'avocat de l'opposant.

 

«On sait que Cellou Dalein a gagné les élections», a déclaré la députée déplorant que "malheureusement, la situation fait qu’il (Cellou Dalein, Ndlr) se retrouve en position d’être maltraité". 

 

"On sait qu’à l’aéroport, on a demandé à M. Cellou de descendre de l’avion. Ce qui est extrêmement terrible quand on connaît la situation au pays. Et de se dire qu’on ne puisse pas, lorsqu’on est une personnalité politique de son rang, pouvoir exercer sa liberté de mouvement », s'étonne Latifa Aït Baala. 

 

Cas de binationaux détenus

 

La parlementaire invite l’Union européenne à s’impliquer pour obtenir la libération des binationaux européens qui sont parmi les détenus politiques.

 

 « Des résolutions ont été prises par l’Union européenne pour condamner les exactions qui sont commises. Je crois qu’aujourd’hui, on ne compte pas moins de 400 prisonniers politiques. Parmi eux, des binationaux européens dont un Belgo guinéen, M. Abdoulaye Bah, ancien maire de Kindia. L’Union européenne doit se saisir de cette question aussi parce qu’il n’est pas normal que des ressortissants de l'UE soient des prisonniers politiques, sans vouloir évidemment minimiser le fait qu’il y a aussi des prisonniers politiques guinéens. Je pense qu’on doit pouvoir être à leur côté pour pouvoir défendre leurs droits là où ils sont», a-t-elle souhaité.

 

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 669 91 93 06

Créé le Dimanche 06 juin 2021 à 20:07