Aliou Condé tranche : "nous refusons de capituler… on n'ira pas au dialogue"

Guinée
Aliou Condé, vice-président de l’UFDG en charge des affaires politiques
Aliou Condé, vice-président de l’UFDG en charge des affaires politiques

CONAKRY- L'Union des forces démocratique de Guinée (UFDG) reste intransigeante et inflexible ! Pour le parti dirigé par Cellou Dalein Diallo, il est hors de question de capituler face à Alpha Condé, ou d'aller à un dialogue si ses responsables en prison ne sont pas libérés et que les autres dirigeants recouvrent leur  liberté de mouvement.

"Aujourd'hui, le Gouvernement de Conakry est secoué de tous côtés, il se demande qu'est-ce qu'il faut faire. Si nous nous donnons la main, la  communauté internationale, plus les efforts que nous sommes en train de faire à l'intérieur, puisque nous refusons de capituler, malgré toutes les exactions, toutes les privations de liberté de mouvement ou d'expression, les tueries, nous tenons la tête à monsieur Alpha Condé", a martelé ce samedi 5 juin 2021, Aliou Condé lors d'une Conférence internationale du parti.

Lire aussi-Dialogue politique : Chérif Bah, Gaoual et Cellou Baldé s'adressent aux guinéens

Le vice-président de l’UFDG en charge des affaires politiques, indique que c'est l'Etat qui doit arrêter de commettre les exactions, libérer les prisonniers et permettre aux dirigeants du parti privés de mouvements, d'exercer leur liberté.

"Aujourd'hui la Guinée est à la croisée des chemins. On se demande quel avenir pour la Guinée aujourd'hui ? Ça crie de partout : il faut aller au dialogue pour qu'on puisse décrisper. NON. On ne va au dialogue pour qu'on puisse décrisper, c'est l'Etat d'abord qui est à la source de tous les conflits qui doit se reprendre. Et qu'il arrête les exactions qu'il est en train de commettre. Nos prisonniers qui sont enfermés pour des délits d'opinions, qu'on les libère, que nous les responsables (du parti) qu'on ait la liberté de mouvement et d'expression. Si nous voulons nous retrouver et nous rassembler, qu'on ait cette liberté puisque même nos lieux de réunion, nos bureaux sont fermés. On n'y a pas accès. Ça diminue notre vitalité sur le plan national", a tranché le Secrétaire Général de l'UFDG.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Samedi 05 juin 2021 à 17:06