Labé: Des braqueurs ouvrent le feu sur un commerçant, ses biens emportés

Moyenne Guinée
La victime Boubacar Diallo couché dans son lit d’hôpital.
La victime Boubacar Diallo couché dans son lit d’hôpital.

Labé-Les attaques à main armée continuent de monter en flèche dans la préfecture de Labé. A ce rythme, l'on se demande si la cité Karamoko Alpha n'est pas devenu le terrain de jeu favori des hors la loi, qui opèrent en toute tranquillité sans être inquiétés.  

Dans la soirée du lundi 10 mai 2021, des bandits ont attaqué un commerçant dans la forêt classée de la commune rurale de Dara Labé. La victime  revenait du marché hebdomadaire de la sous-préfecture de Bantighnel dans la préfecture de Pita. Il explique avoir été pourchassés par trois bandits.

« Ils étaient en surcharge et sont venus nous dépasser. J’ai cru qu’ils étaient partis comme c’est le ramadan et que chacun est pressé pour faire la rupture du jeûne chez soi. Je ne savais pas que c’étaient des bandits. Ils m’ont suivi depuis le marché hebdomadaire, ils se sont arrêtés au sommet de la colline. Dès mon arrivée, celui qui avait l’arme était descendu. Il a tiré deux fois en l’air et m’a demandé l’argent. Au moment où je descendais de la voiture pour lui remettre l’argent, il m’a dit que ce n’est pas ça seulement.  Quand je lui ai dit que l’argent est fini, il a tiré sur moi au niveau du pied. En tout, ils ont tiré cinq balles. Ils avaient une arme militaire. Ils ont réclamé les téléphones avec lesquels je travaille. Ils ont également retiré le sac de la dame qui était assise devant. Ils ont tiré sur les deux pneus arrière du véhicule avant de prendre la poudre d’escampette vers Bantighel. Ils étaient tous encagoulés. J’ai quand même vu le visage de celui qui avait l’arme », relate Boubacar Diallo couché dans son lit d’hôpital.

La victime ne retient pas avec exactitude la somme emportée. « Je revenais du marché hebdomadaire, je ne retiens pas le montant en franc guinéen que j’avais. Mais j’avais eu des devises équivalentes à 100 mille francs CFA. Aucun agent de la sécurité n’est venu me voir à l’hôpital ici. J’avais ramassé une des balles pour prouver aux gens que ce n’était pas des cartouches. Les autres passagers ont dû déchirer leurs habits pour attacher mon pied et arrêter l’hémorragie.  Mon jeune frère m’a envoyé à l’hôpital, il a informé les médecins, ils ont procédé aux soins. Nous nous apprêtons à faire la radio », a-t-il ajouté.

Au service traumatologie de l’hôpital régional de Labé, Dr Sekou Bah rassure que pronostic vital du patient n'est pas engagé. « Effectivement, aux environs de 19 heures, on nous a améné un blessé qui  dit avoir reçu une balle. A l’arrivée, nous avons constaté effectivement qu’il avait des blessures au niveau de la jambe gauche, nous avons fait les premiers soins et nous avons demandé une radiographie. On attend les résultats", a expliqué le médecin.

 

Depuis Labé, Thierno Oumar Tounkara

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 11 mai 2021 à 20:00

TAGS