Assassinat de Déby et coup d'Etat : La position du Conseil de Sécurité de l'UA

Tchad
Image d'illustration
Image d'illustration

ADDIS-ABEBA-Alors que la France a pris "acte" du coup d'Etat au Tchad au lendemain de la mort d'Idris Déby, le Conseil de Paix et de Sécurité de l'Union Africaine émet des inquiétudes.

Le CPS suit avec une grande préoccupation les évènements en cours au Tchad au lendemain de l'"assassinat" d'Idris Déby Itno au front. Cet organe de l'UA exige des enquêtes autour de la mort du maréchal tchadien et exprime sa grave préoccupation concernant la création du Conseil militaire de la transition. Merci de lire ci-dessous.

Profondément préoccupé par l'évolution de la situation au Tchad et la menace potentielle à la paix, la sécurité et la stabilité du Tchad, et pour toute la région et le continent ; et

Agissant en vertu de l'article 7 de son Protocole, le Conseil de paix et de sécurité :

1. Exprime ses sincères condoléances à la famille, ainsi qu'au Gouvernement et au peuple du Tchad, pour le décès prématuré de S.E. le Président Idris Deby Itno, survenu le 20 avril 2021, et les assure de l'engagement, de la solidarité et du soutien indéfectibles de l'UA en faveur d'une transition pacifique, de la stabilité politique et de l’unité de la République du Tchad, au cours et au-delà de la période de 14 jours de deuil proclamée après la disparition tragique de son Président ;

2. Compatit également avec les familles des soldats décédés des Forces de défense tchadiennes, et souhaite un prompt rétablissement à tous ceux qui ont subi des blessures, en combattant les rebelles ;

3. Condamne dans les termes les plus énergiques les actes ayant entrainé la mort du Président Idris Deby Itno, et souligne la nécessité urgente d'enquêtes approfondies sur les circonstances afin de traduire les auteurs en justice ;

4. Exprime sa profonde préoccupation face à la recrudescence de la violence, de l’insurrection et de la rébellion et son corollaire, l’insécurité et les tensions politiques accrues dans toute la région du Sahel, ainsi que dans les pays voisins dans la région, qui sont toutes des conséquences du conflit en Libye, du rythme opérationnel croissant des rebelles, des combattants terroristes étrangers et des mercenaires, ainsi que de la prolifération des armes illicites;

5. Rappelle les dispositions pertinentes de la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance, ainsi que de la Déclaration de Lomé, et exprime sa grave préoccupation concernant la création du Conseil militaire de la transition;

6. Exhorte les forces de défense et de sécurité tchadiennes et toutes les parties prenantes nationales à respecter le mandat et l'ordre constitutionnel, à s'engager rapidement dans un processus de restauration de l'ordre constitutionnel et de transfert du pouvoir politique aux autorités civiles, conformément aux dispositions pertinentes de la Constitution de la République du Tchad, et à créer les conditions propices à une transition rapide, pacifique, constitutionnelle et sans heurts ;

7. Souligne la nécessité urgente d'un dialogue national inclusif entre toutes les parties prenantes au Tchad, dans le but de restaurer l'ordre constitutionnel et appelle toutes les parties prenantes tchadiennes à s'engager immédiatement dans le dialogue national 

8. Appelle également tous les acteurs concernés au Tchad à agir de manière responsable, à contribuer à la stabilité du pays, à rester calme et à s'abstenir de toute action susceptible d'envenimer la situation actuelle;

9. À cette fin, demande à la Commission de l'UA de constituer rapidement une mission d'enquête de haut niveau, avec la participation des membres du CPS, pour se rendre au Tchad et interagir avec les autorités tchadiennes sur toutes les questions relatives à cette situation, en particulier pour soutenir l'enquête sur l'assassinat du défunt Président Idriss Deby Itno, vérifier les efforts visant à restaurer le constitutionnalisme, et faire rapport au Conseil, dans le délai de 15 jours, indiqué précédemment ;

10. Demande à la Commission de l'UA, en étroite coordination avec la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), la Commission du Bassin du Lac Tchad, la Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) et la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), ainsi que les Nations unies et l’UE, de prendre toutes les mesures nécessaires pour mobiliser le soutien requis, afin de faciliter une transition sans heurts au Tchad;

11. Réitère sa demande à la Commission de l'UA, avec le soutien des Nations unies et d'autres partenaires, d'élaborer une stratégie globale et intégrée pour faire face à cette situation désastreuse et empêcher la détérioration de la stabilité sur le continent; et

12. Décide de rester activement saisi de la question.

Créé le Samedi 24 avril 2021 à 20:47

TAGS