Le chef du polisario Brahim Ghali évacué en Espagne sous une fausse identité

Afrique

Brahim Ghali, le chef du front Polisario, a été admis dans un hôpital en Espagne, très exactement à Logroño, près de Saragosse, rapporte un média espagnol.

Ce même média, El Noticiario, évoque de « graves difficultés respiratoires » pour Brahim Ghali, et affirme que le séparatiste a été hospitalisé sous une fausse identité, algérienne, se faisant passer pour un certain Mohamed Benbatouche.

Cette information a été confirmée par plusieurs sources en Espagne, à cette nuance près : Brahim Ghali a été hospitalisé après avoir été contaminé au Covid-19. « Effectivement, il est arrivé en Espagne, mercredi 21 avril, muni d’un passeport diplomatique algérien », affirme plusieurs sources médiatiques.

Cette hospitalisation met ainsi fin aux spéculations autour de la disparition de la scène, ces derniers jours, de Brahim Ghali, âgé de 73 ans.

D’autres sources expliquent que le chef des séparatistes avait d’abord été admis dans un hôpital algérien où il avait été pris en charge par un staff médical dédié, sur les directives expresses du président Tebboune. Sauf que, devant l’aggravation de son état de santé, son transfert en Espagne s’est imposé et d’urgence.

Parallèlement à cette évacuation, L’Association sahraouie pour la défense des droits de l’Homme (ASADEH) a déposé une plainte contre Brahim Ghali auprès du tribunal central d’instruction n°5 de l’Audience nationale en date du 22 avril 2021, informe la procureur général du fait qu’il est parvenu à sa connaissance de l’hospitalisation du chef des séparatistes, Brahim Ghali, à Logroño, précisant qu’il est entré en Espagne avec une fausse identité portant le nom de Mohamed Benbatouche, de nationalité algérienne afin d’échapper aux poursuites de la justice espagnole.

Par cette plainte, la défense de l’ASADEDH demande l’ouverture d’une enquête ainsi que la coopération de la police. Et ce, à travers la vérification des autorités judiciaire que Mohamed Benbatouche est effectivement Brahim Ghali.

Une fois l’identité vérifiée, l’association demande de procéder à la notification de Brahim Ghali de l’existence de cette plainte, l’audition du chef des séparatistes en sa qualité de recherché à l’hôpital de Logroño où il se trouve hospitalisé et la nomination d’un avocat et d’un interprète pour accompagner le recherché dans l’annotation de ses déclarations.

La défense demande également l’émission d’un mandat d’arrêt et la remise de Brahim Ghali pour ne pas contourner l’action de la justice espagnole et de la justice internationale.

Créé le Vendredi 23 avril 2021 à 10:43

TAGS