Mobilisation en faveur d’Alexeï Navalny : "Nous pourrions attendre la même chose du côté de la Guinée..."

France
Jean-Yves Leconte, sénateur français
Jean-Yves Leconte, sénateur français

CONAKRY-La mobilisation internationale en faveur de l’opposant russe Alexeï Navalny, -qui a arrêté de s’alimenter en prison pour protester contre ses mauvaises conditions de détention- interpelle un sénateur français, qui aurait aimé voir une solidarité similaire pour les opposants guinéens, incarcérés à la maison d’arrêt de Conakry depuis six mois. Le sénateur Jean-Yves Leconte n’a pas hésité de faire ce parallèle, qui sonne comme une sorte de « dénonciation » du « deux poids deux mesures » sur ces deux situations.

« Vous l’avez vu, lors de la question d’actualité que j’ai posée au début de l’année au ministre des affaires étrangères Jean-Yves Ledrian combien lui-même, il est perturbé, inquiet et déterminé pour agir sur la dégradation de la situation en Guinée. Même si quand on voit aujourd’hui les informations qu’on donne sur un autre prisonnier politique en situation particulièrement inquiétante, je pense à Alexeï Navalny, on voit combien l’Union Européenne, les Etats-Unis sont mobilisés pour défendre ce que cela représente. Nous pourrions attendre la même chose du côté de la Guinée », a déclaré ce lundi 19 avril, le sénateur français en marge d’une conférence axée sur la libération des prisonniers politiques guinéens.

Lire aussi-Guinée-L'UE sanctionne la "répression" des opposants : un volet de son aide suspendu…

Il ajoute : « En tout état de cause, la mobilisation des élus français, mais aussi au niveau du parlement européen sur, en particulier les éléments qui permettent, des coopérations qui ont permis à la BRI (Brigade de répression et d’intervention, une unité d’élite de la police guinéenne) de disposer des moyens pour pouvoir faire cette répression, méritent d’être éclaircis. De la même manière, la coopération du programme d’appui à la réforme du secteur de la sécurité est particulièrement préoccupant. Ça, c’est des choses que nous devons suivre de manière précise », a indiqué Jean-Yves Leconte.

Nous y reviendons !

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 19 avril 2021 à 19:37