Aboubacar Soumah monte au créneau contre l'Exécutif : " On ne tolérera aucune immixtion…"

Guinée
Aboubacar Soumah, secrétaire général du Slecg
Aboubacar Soumah, secrétaire général du Slecg

CONAKRY-Le Syndicaliste guinéen, Aboubacar Soumah est très en colère ! Ce mardi 13 avril 2021, le leader du Syndicat Libre des Enseignants Chercheurs de Guinée (SLECG), a exprimé son opposition face à l'adoption de la Loi L027 portant Statut des Fonctionnaires en République de Guinée par l'Assemblée nationale. Ladite Loi si elle est appliquée, M. Soumah se verrait priver de ses droits syndicaux, en vertu de certaines dispositions qui interdisent un travailleur à la retraite de diriger un organisation syndicale.  

S'exprimant au nom du mouvement syndical guinéen, le syndicaliste a mentionné quelques violations des lois et conventions internationales, notamment des articles 3 et 8 de la convention 87 de l'Organisation Internationale du Travail (OIT).

Lire aussi-Aboubacar Soumah interdit de déclencher une grève ? Le syndicaliste précise…

Au regard de toutes ces violations flagrantes, M. Soumah a indiqué que le mouvement syndical guinéen exige : «La révision de la loi/L027 et l'annulation pure et simple de l'article 39, le respect des conventions 87, 98, 151 et 154, et les recommandations de l'organisation internationale du travail

Le mouvement syndical guinéen très soucieux de la quiétude sociale et de la paix, invite l'Assemblée nationale et le gouvernement au respect scrupuleux des articles 3 et 8 de la convention 87» a lancé le secrétaire général du SLECG.

En tout état de cause il a prévenu : «le mouvement syndical guinéen ne tolérera aucune immixtion du gouvernement dans les affaires syndicales et se battra au tant que faire se pourra par les moyens légaux pour le respect des droits et libertés syndicales qui lui sont conférés par des lois supranationales à travers les conventions internationales obtenues aux prix de lourds sacrifices consentis par le monde du travail» a-t-il ajouté.

La Loi/027, portant statut des fonctionnaires en république de Guinée en son article 39, mentionne que “tout agent de l'État admis à son droit à la retraite perd sa fonction syndicale”.

 «Quel est l'intérêt de cet article. Qui peut dire qu'un travailleur à la retraite ne peut pas exercer ses fonctions syndicales ? Qu'est-ce qui fait qu'il ne peut pas exercer ses fonctions syndicales ? » s'est-il interrogé.

Pour Aboubacar Soumah, les libertés et droits syndicaux sont imprescriptibles, et l'État, a-t-il martelé n'a rien à voir dans le fonctionnement d'un syndicat. Cette loi qui a été votée en 2020 par la neuvième législature vise toutes les organisations syndicales syndicales en particulier le SLECG, accuse-t-il.

«C'est parce que le SLECG a fait valoir ses droits les plus légitimes que cette loi a été votée sinon depuis l'avènement de la troisième République on n'a jamais parlé de ça. On peut dire que c'est une loi qui a été votée contre le SLECG mais nous nous disons que c'est contre tout le mouvement syndical. Ce n'est pas le SLECG seulement qui est visé, c'est l'ensemble des syndicalistes» a fait savoir Aboubacar Soumah.

 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (0224) 664 72 76 28

Créé le Mardi 13 avril 2021 à 16:23