Carburant : Le camp de Sanoh proteste sur fond de "révélations"...

Guinée
Abdourahmane Sano, coordinateur national du FNDC
Abdourahmane Sano, coordinateur national du FNDC

CONAKRY-Lors de son passage devant les députés, ce mercredi 07 avril, le Premier Ministre guinéen, a évoqué la question sensible liée au carburant, qui pourrait connaître une augmentation les mois prochains. Avant lui, le Président de la République avait effleuré le sujet, indiquant que la Guinée vend à moindre coût le carburant que ses voisins.

Mais cette hausse annoncée du carburant suscite des réactions désapprobatrices dans les rangs de l'opposition. C'est le cas du front anti- 3ème mandat, qui estime que cette volonté du Gouvernement vise à "réparer les dégâts financiers causés par le coup d’État constitutionnel". 

"Le prix de revient d’un litre d’essence au port de Conakry s’élève à seulement 5.365 GNF. A ce prix, l’on peut ajouter les frais d’entreposage, la taxe communautaire, les frais de transport et les marges de distribution ou l’ensemble des frais subsidiaires qui s’élèvent à 932 GNF. Ainsi, le prix de revient à la station (toutes charges inclues) d’un litre d’essence est de 6.297 GNF", relève le FNDC.

Le mouvement dirigé par Abdourahmane Sanoh, souligne : "En vendant le litre au prix actuel de 9.000 GNF, le dictateur Alpha Condé et ses suppôts prélèvent déjà plus de 2.700 GNF comme taxe sur chaque litre d’essence. Cela équivaut à un taux de prélèvement de plus de 42% (…) Si le gouvernement appliquait le taux normal de TVA sur le carburant, le prix total d’un litre d’essence (y compris tous les frais et taxes) devrait être de 7.431 GNF ", précise que le FNDC qui dénonce une "mesure d’appauvrissement de la population".

Selon le front anti-troisième mandat, le "document officiel et confidentiel" du Ministère des hydrocarbures, ci-dessous, en fait foi quant à ses révélations.

 

Créé le Jeudi 08 avril 2021 à 14:44

TAGS