Guinée : Lancement à Conakry du Projet pour les Résultats au Préscolaire et à l'Enseignement Fondamental (PRePEF)

Guinée
Lancement à Conakry du Projet pour les Résultats au Préscolaire et à l'Enseignement Fondamental (PRePEF)
Lancement à Conakry du Projet pour les Résultats au Préscolaire et à l'Enseignement Fondamental (PRePEF)

CONAKRY-Ouverture ce mardi 31 mars 2021, à Conakry, de la 1ère session du comité de pilotage du Projet pour les Résultats au Préscolaire et à l'Enseignement Fondamental (PRePEF). Cet atelier a pour objectif de présenter aux membres statutaires du Comité de Pilotage et de Coordination (CPC), le projet PRePEF à travers ses composantes et de passer en revue les premières actions menées dans le cadre du démarrage du projet et de tenir la première session du CPC. L'évènement a réuni plusieurs membres du Gouvernement dont le ministre d'Etat, Dr Mohmed Diané ainsi que des partenaires du projet. 

Initié par le Gouvernement Guinéen avec l'appui de la Banque Mondiale et placé sous la tutelle du Ministère de l’Education Nationale et de l’Alphabétisation (MENA) et sous la supervision stratégique d'un Comité de Pilotage et de Coordination (CPC), ce Projet a pour objectif de Développement, de renforcer l'accès et la qualité du préscolaire et de l'enseignement fondamental, renforcer la capacité de gestion du système éducatif pour de meilleurs résultats.

Ce projet qui a une durée d'exécution de quatre ans (1 août 2020-30 juin 2024), est financé par l'IDA à hauteur de 50 millions de dollars et couvre tout le territoire national. Les bénéficiaires du projet sont : les élèves de l'enseignement préscolaire, les élèves de l'enseignement primaire, le corps enseignant, le personnel de soutien, le système éducatif, les communautés couvertes et des ONG évoluant dans le secteur de l'Education et de l'environnement.

Dans son discours, le ministre de l'Education a indiqué que l’objectif du présent projet est de renforcer l’accès et la qualité du préscolaire et de l’enseignement fondamental, de renforcer la capacité de gestion du système éducatif pour de meilleurs résultats.

"Ce projet interviendra principalement dans la construction et la réhabilitation des écoles, la formation des enseignants et éducateurs, l'appui aux directeurs d'écoles et chefs d'établissements, l’évaluation des performances et la collecte des données dans l’enseignement fondamental, la mise à niveau des écoles et des cantines scolaires couvertes », a expliqué le Ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Dr Alpha Amadou Bano Barry a aussi remercié le principal bailleur de ce projet. « Au nom du gouvernement, je remercie tous nos partenaires particulièrement la Banque Mondiale qui a financé ce projet. Nous sommes certains que la bonne mise de PRePEF en plus d’améliorer l’accès et la qualité à l’éducation préscolaire et à l’enseignement fondamentale, contribuera aussi à la digitalisation du système éducatif guinéen pour prévenir les effets des épidémies et des pandémies sur la continuité éducative et assurer une meilleure gestion administrative et pédagogique du système éducatif », a déroulé Alpha Amadou Bano Barry.

Bien que de nombreux résultats aient été atteints dans le cadre de l’amélioration de l’accès et la qualité du système éducatif guinéen, faut-il signaler que l’éducation guinéenne reste encore confrontée à de nombreux défis aussi bien dans l’éducation préscolaire que fondamentale. Dans son propos, Abdoulaye Rouguiatou Kaba, Coordonnateur du PRePEF a indiqué que l’évaluation de l'éducation guinéenne ces dernières années montre qu’elle est caractérisée par des manquements, dont entre autres :

  • De mauvaises conditions d'apprentissage et un environnement inappropriés dans les zones péri-urbaines et rurales, conduisant à de médiocres résultats scolaires,
  •  Le recrutement des enseignants qui reste encore trop centralisé -e qui conduit à une distribution inefficace des ressources humaines-, 
  • Un taux de scolarisation des jeunes filles qui reste toujours faible par rapport à celui des garçons malgré les progrès et les efforts de la Guinée et ses partenaires,
  •  L'absence de classes préscolaires dans la grande majorité des régions du pays surtout celles rurales. Ce qui entraine un faible taux de préscolarisation (seulement 9% des enfants sont préscolarisés),
  •  La faible utilisation des technologies numériques par les enseignants,
  • Le manque de formation spécifique pour les encadreurs du Préscolaire.

Le Coordonnateur du PRePEF explique donc que l’objectif de Développement de cet ambitieux projet est de renforcer l'accès et la qualité du préscolaire, de l'enseignement fondamental, renforcer la capacité de gestion du système éducatif pour de meilleurs résultats. Selon Abdoulaye Rouguiatou Kaba, il vise à :

  • Améliorer l'accès et l'équité avec un accent sur le préscolaire et la scolarisation d'environ 50% des jeunes filles ;
  • Améliorer la qualité du préscolaire et de l'enseignement fondamental par les innovations technologiques ainsi que la formation continue des enseignants ;
  • Renforcer la capacité de gestion du secteur éducatif à travers le recrutement déconcentré des enseignants,
  • L'appui en équipements,
  • La mise en place d'une base de données pour une meilleure prise de décisions,
  • L'affectation par le gouvernement d'un budget récurrent hors salaire aux écoles.

La mise en œuvre du PRePEF permettra à coup sûr d'améliorer non seulement l’accès et l'équité avec un accent sur le préscolaire, et la qualité de l'éducation au niveau préscolaire et enseignement de base en utilisant l’innovation technologique, mais aussi renforcer la capacité de gestion du secteur de l'Education.

Les résultats attendus sont entre autres :

  • La politique et le plan d'EP (écoles préscolaires) fondées sur des normes approuvées et appliquées ;
  • 30 000 enfants âgés de 5 ans assistent aux classes d'Ecoles Préscolaires (EP) nouvellement construites ;
  • Une politique de formation professionnelle des enseignants fondée sur des normes est approuvée ;
  • 1 000 enseignants d'EP, 25 000 enseignants du primaire et 3 500 directeurs d'écoles ont plus de Connaissances, de compétences et de matériel, y compris des technologies mobiles, pour renforcer les pratiques ;
  • Tous les nouveaux enseignants de l'enseignement fondamental sont recrutés au niveau régional et préfectoral ;
  • Au moins 3 000 écoles publiques d'enseignement primaire reçoivent et gèrent un budget récurrent hors salaires fondé sur une formule ;
  • Les parties prenantes utilisent des tableaux de bord accessibles par internet pour la prise de décision, les campagnes de sensibilisation et l'information.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Mercredi 31 mars 2021 à 20:09

TAGS