Filière anacarde : tenue à Conakry de l’atelier sur la "compétitivité de la chaine de valeur du Cajou guinéen"

Guinée
Tenue à Conakry de l’atelier sur la "compétitivité de la chaine de valeur du Cajou guinéen"
Tenue à Conakry de l’atelier sur la "compétitivité de la chaine de valeur du Cajou guinéen"

CONAKRY-Ouvert vendredi, l’atelier national sur la compétitivité de la chaine de valeur du Cajou guinéen a pris fin, ce samedi 6 mars 2021 à Conakry. Organisé par le comité de veille de la filière cajou Guinée, le séminaire des producteurs de Noix de cajou a permis, pendant deux jours, aux acteurs de la filière anacarde, de débattre sous le thème « quelle réponse aux défis de la compétitivité de la chaine de valeur guinéen ».

Placée sous le haut patronage du ministère du commerce et de la présidence de la chambre d'agriculture, la cérémonie d’ouverture de cette deuxième édition a été présidée par la ministre du commerce, Mariame Camara.

Sur le plan institutionnel, l’atelier a été organisé avec l’appui conjoint des ministères de l’Agriculture, du Commerce, de l’Industrie et des PME et des Investissements. L’objectif est d'identifier des pistes de solution face au goulot d'étranglement pour garantir la compétitivité de la chaine de valeur du Cajou guinéen. Pour ce faire, les participants ont débattu sur les difficultés rencontrées par les acteurs du secteur.  Des panels ont été organisés entre des experts pour pouvoir apporter des éclaircissements aux différents acteurs de la filière. Un expert venu de la Côte d’Ivoire a facilité les débats et donné des orientations aux acteurs de la filière.

A cette occasion également, un bureau national de l’Interprofession de la filière anacarde (IFA) avec le conseil d’administration a été mis en place. Cette structure, présidée par le directeur général de la société Diaouné et Frères, est composée de 45 membres dont 13 du conseil d’administration.

Présidant la cérémonie d'ouverture de l'atelier le vendredi 05 mars, la ministre du Commerce a rassuré de l’engagement du gouvernement, à travers son département, dans l’accompagnement du secteur anacarde. « Le développement de la filière anacarde en Guinée est l’une des actions prioritaires de l’initiative présidentielle en matière d’accroissement de la productivité. (…) Dans cette optique, mon département a déjà pris des dispositions pour renforcer le contrôle de qualité à travers l’équipement du laboratoire de Matoto et la formation du personnel de l’office national de contrôle de qualité. Dans la même dynamique, la procédure de contrôle et de délivrance des certificats à l’exportation étaient améliorés» a rassuré la ministre Mariama Camara.

Lire aussi-Filière anacarde : Mohamed Diaouné élu président de l'IFA-Guinée

En Guinée, la production du cajou a connu une augmentation ces dernières années grâce à l’initiative présidentielle. Face l'essor du secteur, les acteurs ont décidé de mieux s'organiser pour le booster davantage. L'atelier d’informations et de formation de la filière anacarde Guinée a réuni tous les acteurs de la filière. Producteurs, exportateurs ou transformateurs venus de Boké, Koundara, Kankan, Siguiri, Mandiana, Faranah, ont pris à ces deux jours d’activités.

Mohamed Diaouné, le président de l'IFA-Guinée a exprimé sa satisfaction par rapport à cet atelier. Il explique qu'un diagnostic exhaustif de tous les problèmes liés à la filière, a été fait lors de cette rencontre.

 « Je suis fier de l’installation de l’interprofession tant attendue par tous les acteurs de la filière. Nous avons fait deux journées de travail qui a abouti à l’interprofession. Nous avons fait un diagnostic exhaustif de tous les problèmes liés à la filière que ça soit au niveau des producteurs, exportateurs, transformateurs et des acheteurs. Nous avons déjà commencé à mettre des commissions de travail pour fournir rapidement un plan d’action dans les jours à venir », a expliqué Mohamed Diaouné.

Il promet d’impliquer tous les acteurs et les autorités politiques afin de rendre cette filière résiliente. « Nous y croyons, nous avons l’expérience, car nous avons su faire cela dans d’autres pays et c’est possible chez nous. C’est cet engouement qui nous anime aujourd’hui», a-t-il ajouté.

De son côté, le vice-président de l'IFA-Guinée, chargé à la commercialisation extérieur, a annoncé qu'ils auront des discussions avec les institutions pour aider les acteurs de la filière anacarde. « On va commencer à discuter avec les institutions internationales extérieures pour essayer d’aider la fédération à aller en avant» a indiqué Thierno Alpha Madjou Barry.

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 664-72-76-28

Créé le Dimanche 07 mars 2021 à 19:18