Conakry : l'ONG PDH lance les activités scolaires du projet “Asseyons-nous et discutons”

Conakry
L'ONG PDH lance les activités scolaires du projet “Asseyons-nous et discutons”
L'ONG PDH lance les activités scolaires du projet “Asseyons-nous et discutons”

CONAKKRY-Après les activités communautaires, l'ONG Protégeons les Droits Humains (PDH) a procédé au lancement officiel des activités scolaires du projet “Asseyons-nous et discutons”. L'événement a eu lieu ce mardi, 9 février 2021 au complexe scolaire privé Hadja Oumou Diallo, située à Bambéto, dans la commune de Ratoma.  

Financé par la fondation OSIWA, le projet "Asseyons-nous et discutons’’ a pour objectif principal de promouvoir le dialogue et la concertation sociale à travers les mécanismes traditionnels de prévention et de résolution des conflits.

Dans le cadre de ce volet scolaire du projet, des conférences débats, des causeries ainsi que des activités culturelles seront organisées à Ratoma, Dixinn, Matoto et Dubréka. Au total 32 activités seront organisées dans 16 écoles privées et publiques dans ces communes.

 « Nous avons procédé ce soir au lancement du volet scolaire qui a pour objectif de promouvoir le débat contradictoire, le vivre ensemble, au niveau des 16 établissements des communes de Ratoma, Matoto, Dixinn et Dubréka. Cette activité a déjà commencé dans certains établissements. Elle consiste à faire les conférences débats, les causeries éducatives et les activités culturelles sur la thématique de la ‘’Paix, du dialogue et du vivre ensemble’’ compte tenu de la situation qui prévaut dans notre pays depuis 2010 et qui a fragilisé le tissu social avec les crises que nous avons connues », a expliqué le coordinateur de l’ONG PDH, Moussa SOUMAORO.

Dans cette école située dans la commune de Ratoma, élèves et encadreurs se sont fortement mobilisés pour la réussite de l’évènement. Devant des écoliers enthousiastes, le coordinateur de PDH a véhiculé des messages axés sur la paix, le vivre ensemble et la cohésion sociale. Les responsables de l’ONG ont également distribué des manuels scolaires sur ces notions afin de permettre à ces écoliers de mieux intégrer ces notions. 

« Le projet qui nous rassemble ici ce soir s’intitule, ‘’Asseyons-nous et Discutons’’. Ce projet est à sa deuxième phase. Il est accompagné par la fondation OSIWA grâce à laquelle nous avons obtenu le financement pour sa mise en œuvre. ‘’Asseyons-nous et discutons’’ sous-entend le dialogue. Nous voulons promouvoir ce dialogue car, depuis 2010 nous traversons assez d’épreuves et d’évènements qui ont porté un coup ‘’au vivre ensemble’’ en Guinée. Les valeurs qui ont existé depuis très longtemps entre nos parents, nos arrières grands parents, c’est le dialogue, la cohabitation entre les différentes ethnies dans tout le pays. Ces valeurs se trouvent fragiliser ces dernières années. Nous constatons, une recrudescence des conflits entre les différents groupes ethniques de notre pays. C’est pourquoi, nous, de notre côté, avons jugé nécessaire de mettre en place ce projet qui a pour objectif principal le retour à nos valeurs traditionnelles, au dialogue sous l’arbre à palabre », a ajouté Moussa SOUMAORO.

« Nous avons conçu un guide scolaire pour les élèves pour leur permettre de comprendre la nécessité de vivre ensemble dans notre pays. Le développement auquel nous aspirons pour ce pays ne peut être effectif que si l’on s’accepte, que si nous vivons dans la paix, que si les droits des uns et des autres sont respectés, que nous traitions nos prochains comme nous aimerions être traités. C’est dans ce cadre que nous pouvons parler de développement. La paix est vraiment la condition essentielle pour le développement. Il faut qu’on se donne les mains pour cette paix, sans laquelle, nous ne pourrions parler de bien être socioéconomique ou de droits humains. Car la violation des droits de l’homme, la pauvreté, ett autres fléaux que nous connaissons tous sont inhérents aux conflits. C’est pourquoi de notre côté, on se bat pour pouvoir contribuer à cet effort de paix, pour parvenir à la réconciliation, à l’acceptation de toutes les composantes de notre nation. Dans le temps, nos parents ont toujours vécu ensemble », a rappelé M. Soumaoro.

De son côté, le Directeur des études du Complexe scolaire Hadja Oumou Diallo a tout d'abord remercié l’ONG PDH qui a choisi son établissement pour lancer ses activités au compte du projet "asseyons-nous et discutons". Il a promis de pérenniser les acquis de ce projet au sein de son établissement.

« Je commence par remercier l’ONG PDH de nous avoir choisi parmi tant d’écoles. Nous (école hadja Oumou Diallo ndlr), sommes témoins oculaires de tout ce qui s’est passé en Guinée depuis 2010. Car notre école se trouve près du rond-point de Bambéto. Ce qui veut dire, l’initiative de cette ONG nous intéresse beaucoup. Je remercie tous les professeurs et encadreurs qui se sont mobilisés pour la réussite de cet évènement. Cette activité nous a permis de comprendre beaucoup de choses sur le vivre ensemble avec l’implication des enfants dans l’organisation. La paix, le vivre ensemble ou la cohabitation pacifique sont des facteurs indispensables pour le développement de notre pays. En ce qui nous concerne, nous avons déjà notre comité de coordination pour l’organisation de ces activités auxquelles les enfants ont pris part. Donc, nous allons tout faire pour que ces notions soient intégrées afin que les enfants essayent de véhiculer ces messages dans les salles de classe », s’est engagé Thierno Abdoulaye Diallo.  

Pour mieux véhiculer le message, les encadreurs ont à cet effet organisé plusieurs séances d’apprentissage sur le vivre ensemble. Poésie, concours de recherche des mots dans le dictionnaire, définition des concepts (Paix, unité nationale et vivre ensemble). Toutes choses qui réjouissent les élèves.

 « Cette journée culturelle m’a appris beaucoup de choses. Grâce à ces activités, j’ai su comment et pourquoi le vivre ensemble est d’une importance capitale. La cohésion sociale est un élément fondamental pour le développement de notre pays. Notre nation en a besoin, nous devons cultiver la paix dans notre pays » a exhorté Houleye Adama, élève de la terminale à Hadja Oumou Diallo.

Selon le coordinateur de l'ONG, dans les communes de Matoto et Ratoma, dix (10) établissements scolaires vont bénéficier de ces activités de sensibilisation sur le vivre ensemble, la cohésion sociale et la paix. Les communes de Dixinn et Dubréka auront chacune trois établissements au compte de ce projet. 

 Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Mercredi 10 Février 2021 à 18:53