Des encadreurs dans la rue à Faranah : "Le gouvernement nous a trahis…"

Haute Guinée
Des enseignants manifestent à Faranah
Des enseignants manifestent à Faranah

FARANAH-Des centaines de chefs d'établissements scolaires ont manifesté ce mercredi 27 janvier 2021 dans la préfecture de Faranah. Ces enseignants protestent contre le non payement de leurs primes d’incitations.

Les manifestants réunis d’abord au quartier Marché 1, ont marché vers la direction préfectorale de l'éducation de Faranah. Ils étaient munis de pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « réclamation des primes d'incitations des encadreurs de toutes les écoles de Faranah ».
« Ce matin, comme vous le constatez, les encadreurs se sont réunis pour organiser une marche pacifique pour réclamer le payement de nos primes d'incitations. Parce que jusqu'à présent, l'encadrement n'a rien bénéficié. C'est pourquoi nous sommes venus rencontrer M. le DPE et lui exprimer nos mécontentements. Nous donnons un délai de 72 h aux autorités pour régulariser notre situation. Passé ce délai, nous allons encore reprendre la rue », a indiqué une manifestante qui a requis l’anonymat.

Un autre encadreur a renchéri : « Nous sommes sortis ce matin pour exprimer notre indignation face au non payement de nos primes, alors que toutes les activités scolaires reposent sur l'encadrement. Notre travail dépasse de loin celui des enseignants en situation de classe. On nous appelle les gardiens d'écoles, nous sommes à l'école de 7h à 18h. Si vous avez constaté lors de la grève des enseignants, nous avons joué un grand rôle pour que les enseignants reprennent les cours (…) Mais le gouvernement veut mettre notre effort dans l'eau.

Lire aussi-Grogne des encadreurs : la syndicaliste Kadiatou Bah apporte des précisions

Si les primes continuaient à venir séparément on pouvait comprendre, mais les primes sont maintenant sur le bulletin de paie. Actuellement, le salaire d'un simple enseignant en situation de classe est deux fois plus élevé que le salaire d'un encadreur. On ne peut pas comprendre ça. A l'heure où je vous parle, on se moque de nous. Le gouvernement que nous avons soutenu lors des grèves nous a trahis. Nous réclamons 1.500 000 Gnf ou 1.300 000 Gnf comme primes. Nous ne voulons pas 600 000 gnf », a déclaré cet autre manifestant.

M. Sayon Didi OULARE, directeur préfectoral de l'éducation de Faranah, a tenté de rassurer les manifestants. « Après notre entretien, je leur ai demandé de patienter. Car le département de l’Education et les autres ministères concernés sont en train de prendre toutes les dispositions pour les satisfaire. On nous a même instruit de remonter la liste des enseignants en situation de classe qui n'ont pas encore bénéficié de ces primes », a-t-il déclaré.

Affaire à suivre…

 

Depuis Faranah, Alpha Amadou Barry

Pour Africaguinee.com

Créé le Mercredi 27 janvier 2021 à 15:28

TAGS