La défense de Zénab Dramé proteste : "Nous ne sommes pas d'accord…"

Guinée
Des avocats de la ministre de l'enseignement technique
Des avocats de la ministre de l'enseignement technique

CONAKRY-La défense de la ministre de l'enseignement technique n'est pas d'accord avec la décision rendue ce lundi 18 janvier 2021, par la présidente du tribunal de Kaloum, dans l'affaire opposant leur cliente madame Zénab Dramé à trois journalistes guinéens, qu'elle accuse de "diffamation".

Dans son arrêt rendu aujourd'hui, la juge du TPI de Kaloum, Hadja Mariama Doumbouya a renvoyé la plaignante à "mieux se pourvoir", déclarant inopportun la fixation de la consignation devant le tribunal. Scandale, s'exclame la défense de la plaignante qui a aussitôt annoncé qu'elle relève appel.  

"La présidente du tribunal estime qu'il n'est pas opportun de poursuivre ces journalistes dans la mesure où une information serait ouverte contre X dans une affaire de détournement présumé de plus de 200 milliards de francs guinéens. D'ores et déjà, nous disons que nous ne sommes pas d'accord de la décision, c'est vraiment un scandale, c'est catastrophique comme décision.

Lire aussi-Dossier des 200 milliards GNF : Y-a-t-il chevauchement de Lois et de procédures?

Pour tout bon praticien du droit, cette décision n'est pas du tout juridique. Nous avons cité des journalistes par voie de citation directe. En la matière, la première audience est consacrée à la fixation du montant de la consignation. Ce montant sert à évacuer la procédure lorsqu'elle engendrerait des frais, c'est ce qui est prévu à l'article 460 du code de procédure pénale. Aujourd'hui, on s'attendait à ce qu'un montant soit fixé. Malheureusement, les débats n'ont pas été ouverts.

La procédure a été violée sur toute sa forme, c'est vraiment scandaleux, on n'en revient pas. C'est une jurisprudence. Nous avons poursuivi des journalistes pour diffamation, mais si elle dit qu'il y a une procédure contre X, mais pour le moment X peut être n'importe qui. Et X n'est pas notre cliente. Mais on comprend qu'on en veut à cette dame, mais on ne sait pas pourquoi (…) Donc, n'étant pas d'accord de cette décision, nous avons automatiquement relevé appel pour dire notre désaccord par rapport à l'arrêt rendu dans cette affaire", a indiqué maitre Augustin Mansaré.

Affaire à suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 18 janvier 2021 à 22:22