Atrocités à Macenta : Les familles écartées de l'inhumation de leurs proches…

Guinée forestière

NZEREKORE-Les victimes des évènements tragiques survenus dans la ville de Macenta, seront inhumées à Nzérékoré, en l'absence de leur famille, alors qu'un dernier bilan des affrontements sanglants fait état de 17 morts. Les corps retrouvés ont été évacués à l’hôpital régional de Nzérékoré. Ce mercredi 30 décembre 2020, les parents des victimes sont venus de Macenta pour l’identification des corps qui se trouvaient à la morgue.

Selon nos informations, certains parmi eux, ne sont pas parvenu à retrouver les corps de leurs proches tués au cours des affrontements qui ont opposés Toma et Tomamanians. Des sources anonymes nous ont également confié que d’autres corps ont été enterrés à Macenta sans être référés à l’hôpital.

« Il y a plusieurs corps qui ont été enterrés du côté Toma comme du côté Manians sans être référés à l’hôpital. Ici aussi, il y’a un corps que nous n’avons pas retrouvé. Cependant le monsieur a été effectivement tué au cours des affrontements. Il y a aussi certains corps qui sont difficiles à identifier. D'’autres ont pu être identifiés grâce à des photos », nous a confié un citoyen.

Après l’identification des corps à la morgue de l’hôpital régional, les familles des victimes y compris certaines autorités de Macenta se sont données rendez-vous à la résidence du gouverneur pour une concertation avant l’inhumation. Après moult tractations, il a été demandé aux familles éplorées de prier sur les corps. Les 17 corps seront inhumés à Nzérékoré, sur instruction du gouverneur. Selon un des parents des victimes que nous avons rencontrés, ce sont des militaires qui doivent s’occuper de l’enterrement des 17 corps.

Sur le lieu prévu pour l’inhumation, aucune information n’a filtré. Cependant, un citoyens nous a témoigné avoir trouvé une machine vers 20h près de la forêt du 1er mai, où les autorités ont l’habitude d’enterrer les victimes des drames.

« Quand j’étais de passage tout de suite, j’ai trouvé une grande machine auprès de la forêt là-bas », a témoigné ce citoyen.

Il faut rappeler que c’est dans la journée du samedi 26 décembre 2020, qu’un affrontement sanglant a opposé les Tomas et les Tomamanians dans la commune urbaine de Macenta. Les deux ethnies majoritaires de la ville se réclament chacune être fondatrice de la ville.

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré.

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Jeudi 31 décembre 2020 à 11:34

TAGS