Les confidences de Sékou Koundouno : "Mon avenir et mes ambitions…"

Guinée
Sékou Koundouno
Sékou Koundouno

CONAKRY-Après l'annonce de sa démission à la tête du "Balais Citoyen", Sékou Koundouno vient de lever un coin du voile sur son avenir. Dans cet entretien, l'activiste parle de son engagement citoyen, de ses ambitions futures mais aussi du devenir du FNDC (Front national pour la défense de la constitution).

 

AFRICAGUINEE.COM : Vous annoncez votre démission au Balai Citoyen.  Quelles sont vos motivations ?

SEKOU KOUNDOUNO : J'ai décidé de ne pas renouveler mon mandat dans l'espoir qu'en me limitant à un seul ceci pourrait montrer le chemin de l'alternance démocratique au sein de mon organisation qui est un exemple aujourd'hui en terme d'engagement civique. C'est une décision prise depuis 2019.

Le Balai citoyen dont je suis l'un des fondateurs n'est pas une propriété privée. J'ai demandé aux camarades d'engager la procédure de ma succession conforment à nos statuts et règlement intérieur.

Désormais, je vais me concentrer uniquement sur la lutte citoyenne contre la dictature au sein du FNDC (Front national pour la défense de la constitution, Ndlr), ma carrière ne doit pas se résumer au Balai citoyen. Je resterai membre de l'organisation.

Quel bilan faites-vous de votre passage la tête de cette structure de la société civile ?

Je ne saurais dresser un bilan exhaustif... Retenez de façon brève que nous avons révolutionné le mode de fonctionnement classique et le positionnement de la société civile dans l'espace public en Guinée et ailleurs.

Nous avons initié et j'ai coordonné plusieurs programmes et projets citoyens : du dialogue politique à la déclaration des biens des hautes personnalités du pays, l'observation citoyenne des manifestations sociales et politiques ainsi qu'aux différents programmes de l'ancrage de l'engagement citoyen, de la redevabilite des gouvernants, de la lutte contre l'incitation à la haine et la violence sur les réseaux sociaux et médias. Nous avons également mis en œuvre le concept espace citoyen et tant d'autres.

Je quitte le Balai citoyen avec ma marque de fabrique et le sentiment d'une mission accomplie et ayant la profonde conviction que mes camarades avec lesquels j'ai partagé des moments de joie et de peine seront capables de relever le défi, celui de continuer la lutte que nous avons commencée ensemble. Je n'ai aucun doute quant à leur capacité et engagement.

Aussi, j'ai été lauréat de plusieurs prix dont les principaux sont le JAWARD et PERSONNALITÉ D'AVENIR DU MINISTÈRE FRANÇAIS DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DE L'EUROPE.

Quel avenir pour Sekou Koundouno ?

Beaucoup d'opportunités professionnelles se présentent par-ci par-là. Mais il faut retenir que je ne m'associerai point à la gouvernance du dictateur ALPHA CONDÉ et de son clan qui sont au crépuscule de leur règne. Je ne ferai jamais la politique dans ma vie et je ne serai jamais cadre ou militant d'une quelconque entité politique dans ce pays. Je reste et demeure citoyen de la République.

Vous êtes toujours recherché par les services de police. Comment vivez-vous ces moments ? 

Je vis ce moment avec beaucoup de fierté d'être au service de la Nation. Je ne suis pas caché, je suis juste vigilant et prudent. Je participe physiquement aux réunions de la Coordination... Je le répète, un Général ne se rend pas à ses ennemis. J'ai le soutien de toute la coordination nationale du FNDC et d'autres entités que je remercie de passage.

Le FNDC est à la croisée des chemins après l'installation d'Alpha Condé pour un sextennat. Comment entrevoyez-vous l'avenir du mouvement ?

 

Mauvaise lecture de votre part, le FNDC n'est pas à la croisée des chemins. C'est la dictature qui tend à sa fin. Nous sommes restés fidèles à nos valeurs et principes originels et le FNDC continuera sur cette voie.

Nous travaillons actuellement sur une nouvelle architecture assortie d'une nouvelle feuille de route adaptée aux systèmes de répression, d'assassinats, d'harcèlement judiciaire du tyran Alpha condé. Mais encore une fois, le FNDC est loin d'être ce que cette dictature pense.

Votre ami Fonike Mengue a entamé une grève de la faim à la maison centrale où il est détenu. Comment va-t-il ? Craignez-vous pour lui ?

Évidemment nous savons tous que Foniké Manguê est victime d’une injustice de la part du dictateur Alpha Condé et de son clan. Il est victime de détention trop abusive. Il a été arrêté le 29 septembre 2020, et ça fait trois mois maintenant qu’il est dans cette situation.

Faire une grève de la faim pour exiger qu’il soit jugé est tout à fait un acte normal pour un démocrate. Je rappelle d'ailleurs que le dictateur avait aussi fait une grève de faim quand il était en prison. Foniké ne demande qu'à être jugé. Et si le droit est dit, il sera totalement innocenté.

Vous avez vu le cas de Roger Bamba. Il était en prison juste pour attendre la tenue de son procès. C’est dans cette situation qu'il a rendu l’âme. Nous regrettons que Foniké continue de subir des injustices sans fin.

Quel est votre dernier message ?

L'appel que je lance à nos compatriotes, c'est un appel au rassemblement, au sursaut national, à l'union sacrée, que nul ne recule devant l’arrogance, les intimidations et la répression, armes ultimes des imposteurs qui montreront rapidement leurs limites. C’est à ce prix seulement que nous libérerons notre Pays des clans mafieux, et empêcherons toute velléité de confiscation de notre Démocratie et de nos libertés. Rendez-vous en janvier 2021.

Je m'incline pieusement devant la mémoire héroïque de tous nos martyrs froidement assassinés par Alpha condé, des handicapés à vie, des blessés alités à la maison ou dans les hôpitaux, des veuves, des orphelins, des exilés...Et nous les rassurons que nous vengerons la bêtise du tyran de Conakry. Un dernier hommage à tous les détenus politiques de la maison centrale de Conakry et de l'intérieur du pays.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 28 décembre 2020 à 9:11