Guinée : répression implacable de l'opposition (HRW)

Guinée
Des manifestants dans les rues de Conakry le jour du référendum controversé du 22 mars
Des manifestants dans les rues de Conakry le jour du référendum controversé du 22 mars

Alors que le président de la Guinée, Alpha Condé, se prépare à prêter serment pour un troisième mandat controversé le 15 décembre, des dizaines de leaders de l’opposition, de partisans et d’autres personnes perçues comme proches de l’opposition sont emprisonnés, faisant l’objet d’accusations qui semblent être motivées par des raisons politiques.

Les jours suivant l’élection présidentielle le 18 octobre ont été entachés de violences intercommunautaires et d’une répression par les forces de sécurité usant d’une force excessive pour disperser les manifestations organisées par l’opposition, avec un bilan d’au moins 12 morts. Le 31 octobre, le procureur de la cour d’appel de Conakry, la capitale, a annoncé que 325 personnes avaient été arrêtées en lien avec les violences postélectorales.

Il semble toutefois que la vaste majorité des personnes arrêtées ont été ciblées simplement en raison de leur affiliation politique connue ou supposée, ou parce qu’elles se trouvaient au mauvais endroit au mauvais moment. Human Rights Watch s’est entretenu avec cinq avocats, représentant les personnes détenues, qui ont indiqué que les arrestations étaient souvent arbitraires, effectuées lors de recherches maison par maison la nuit dans des zones considérées comme des bastions de l’opposition. « Les forces de sécurité sont entrées par effraction dans des dizaines de maisons, ont fait usage d’une force excessive, ont volé des objets et ont frappé des personnes », a déclaré Me Thierno Souleymane Baldé, un des avocats.

Les personnes arrêtées, dont 11 enfants, sont détenues à la prison centrale de Conakry et accusées de différents crimes, notamment l’insurrection, la destruction de biens, ainsi que la possession illégale et la fabrication d’armes à feu. Parmi les personnes arrêtées figurent quatre dirigeants de l’Union des forces démocratiques de Guinée, le principal parti d’opposition, et le leader du mouvement Nos valeurs communes, un autre parti d’opposition. Leur procès a été ajourné le 30 novembre, et l’affaire a été renvoyée devant un autre tribunal ayant compétence sur les mineurs.

« Les autorités veulent les maintenir à distance de la scène politique afin de les empêcher de mobiliser leurs partisans et de manifester contre le troisième mandat d’Alpha Condé », a expliqué Me Pépé Antoine, un avocat spécialisé dans la défense des droits humains.

Malgré les graves atteintes aux droits humains commises par les forces de sécurité guinéennes, Human Rights Watch n’a connaissance d’aucun membre des forces de sécurité faisant l’objet de sanctions disciplinaires ou d’autres conséquences.

Le Front national pour la défense de la Constitution, une coalition d’organisations non gouvernementales et de partis d’opposition, a annoncé la tenue de nouvelles manifestations le 15 décembre, le jour où Alpha Condé prêtera serment. Au lieu d’arrêter arbitrairement des personnes, les autorités guinéennes devraient s’assurer que les forces de sécurité protègent les citoyens tout en respectant leur droit à manifester pacifiquement. Elles devraient aussi libérer les personnes injustement incarcérées, et enquêter sur les actions des forces de maintien de l’ordre.

 

Human Rigths Watch

Créé le Lundi 14 décembre 2020 à 9:26