Investiture d'Alpha Condé: le bras de fer inévitable, le FNDC maintient sa manifestation…

Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée et Abdourahmane Sano, leader du FNDC
Alpha Condé, président de la République de Guinée et Abdourahmane Sano, leader du FNDC

CONAKRY-Les menaces du ministre Bouréma Condé n'ébranlent guère l'opposition au troisième mandat. Le front national pour la défense de la constitution annonce qu'il maintient sa manifestation éclatée ce mardi 15 décembre 2020, jour de l'investiture du Président Alpha Condé, réélu pour un nouveau mandat de six ans. Ce qui ouvre ainsi un nouveau "bras de fer" entre le Pouvoir et l'Opposition alors que la Guinée est coutumière de violences souvent meurtrières pendant les manifestations non-autorisées.

"Cette sortie ne nous surprend pas d'autant plus que Bouréma Condé est membre désormais d'une équipe de putschistes. Donc ça ne peut pas nous ébranler. Ils ont fait fi de toutes les lois de la République pour s'imposer comme dirigeants de ce pays. Tout ce qu'ils prendront comme actes, c'est pour sauver leur putsch, ce n'est rien d'autre. On se rappelle que c'est le même ministre qui avait interdit par message radio les manifestations autorisées par notre constitution, donc nous ne sommes pas du tout surpris de sa réaction. Ce qui reste clair, le FNDC maintient sa manifestation le mardi 15 décembre et elle se tiendra dans tout le Grand Conakry. Elle sera encore pour nous une occasion de rejeter le coup d'Etat constitutionnel", a confié ce matin Abdoulaye Oumou Sow, membre du directoire de communication du FNDC.

Dans une déclaration lue ce vendredi 11 décembre 2020 dans la soirée, le ministre de l'administration du territoire et de décentralisation, a averti qu'il ne saurait être le jour de l'investiture en Guinée question d'une quelconque marche pacifique ou pas ou d'une quelconque autre manifestation.

"Le droit constitutionnel du guinéen à marcher, à se rassembler et à manifester est consacré tout comme le sont la sauvegarde de l'ordre public et la sécurité des citoyens et de leurs biens. En tout état de cause, les services de maintien d'ordre sont réquisitionnés partout où besoin sera de veiller avec les moyens conventionnels mis à leur disposition, au respect de la tranquillité des citoyens et au maintien de la paix dans nos cités. Pas une seule tentative de trouble à l'ordre public ne sera permise", a martelé le ministre de l'administration du territoire et de la décentralisation.

A suivre...

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 12 décembre 2020 à 10:43